8 – L’habitation Beauséjour, sise sur la « Crique à Gras » (P. Gras, 5)

Ce n’est pas sans mal que Jean Pinté, huissier de justice, et sa petite troupe composée de soldats, d’esclaves et d’un habitant, le sieur Fabre, parviennent à l’habitation Beauséjour, une des trois habitations de Pierre Gras, située à quelques lieues de Cayenne. Partis à « deux heures de relevée dans un canot appartenant audit sieur Fabre avec 4 Nègres que nous a fournis Monsieur Delisle Adam pour nous transporter en l’habitation de Monsieur Pierre Gras, […] où nous sommes arrivés ce jourd’huy […] ayant couché ou séjourné dans une case de paille d’une autre habitation où il n’y avait personne, nous étant trompés de crique « …, ils ne sont à pied d’oeuvre que le lendemain dans la matinée. Jean Pinté procède à la saisie détaillée des biens composant l’habitation. L’ensemble des bâtiments, leur importance, leur architecture est précisée : maison de maître, dépendances, bâtiment d’exploitation.

Le plan est celui déjà observé sur d’autres habitations contemporaines, telles l’habitation jésuite de Loyola, ou encore celle du sieur Macayé dans les fonds de Rémire.

La maison de maître,  orientée est/ouest, comprend plusieurs pièces en enfilade, dont le « couloir » central, salle de réception pour le propriétaire des lieux, donnant à la fois sur les jardins à l’est, et sur la cour et les communs à l’ouest : espace de réception, mais aussi de surveillance et de contrôle pour le propriétaire des lieux. De part et d’autre, des chambres et un office. Une galerie enclot cet espace. Comme le précise, 20 ans plus tard, le chevalier de Préfontaine “ Toutes les maisons sont à peu près sur le même plan […]. En voici les proportions les plus ordinaires. Ce sont trois chambres de plain-pied : celle du milieu a 16 ou 18 pieds de long ; les deux des côtés ont 16 pieds, le tout offrant une surface de 48 à 50 pieds, non compris les galeries autour du bâtiment, qui sont à jour et qui doivent être au moins de 6 à 7 pieds de large ”. Cette disposition est celle, originelle, des manoirs du pays de Caux en Normandie, pour beaucoup construits également aux XVIe et XVIIe siècles, parfois remaniés au XVIII. Sans doute peut-on y voir l’influence de l’architecture de prestige de leur région d’origine sur les premiers colons, originaires des régions littorales de l’hexagone et particulièrement de la Normandie

Habitation Beauséjour

Habitation Beauséjour

Au-dessus de la chambre du maître, un galetas. D’où une hauteur plus élevée : 20 pieds de flèche, les dépendances s’élevant à 17 pieds.

Côté cour,  cuisine, magasins et chambres d’esclaves domestiques forment les dépendances de l’habitation.

Comme bâtiments d’exploitation, ne sont mentionnés qu’un poulailler et un colombier. Les terres de la concession sont utilisées pour l’élevage de bovins (ménagerie) et la culture du cacao qui demande peu de matériaux et d’outils.

Le recensement de 1737 crédite cette habitation de production de cacao et de café et d’une ménagerie d’une soixantaine de têtes de bétail. L’exploitation est assurée par 69 esclaves. Chiffres que l’on ne retrouve guère dans la minute de saisie : le cheptel est réduit des trois quarts, les esclaves ont disparu, les quelques 1200 pieds de cacao sont ce qu’il reste des quelques 30 000 pieds de 1737.

Si la crise du cacao autour de 1740 explique cette quasi disparition de la production, celle du cheptel comme celle des esclaves relève d’un principe de précaution de Pierre Gras : il a mis à l’abri ce qui constitue l’essentiel de sa richesse, le bétail, et surtout les esclaves, leur laissant toute latitude de disparaître dans les « grands bois ». Ce que relève Jean Pinté : « ayant plusieurs fois sommé et interpelé mondit sieur Gras en parlant à Lisette sa négresse ménagère de nous faire venir les nègres de l’habitation et négresses, négrillons et négrites et généralement tous les esclaves de ladite habitation, comme nous le sommons encore […] tout présentement parlant à cette ditte négresse de nous représenter incessamment lesdits esclaves  […] et n’ayant pu procéder à la saisie desdits esclaves ni prendre leurs noms et nombre d’iceux attendu qu’aucun d’iceux n’ont voulu paraître. Au contraire le nègre nommé Delinat, commandeur sur laditte habitation, ayant dit au nommé Maéton, nègre de notre équipage que leur maitre leur avait défendu de paraître qu’il ne fut de retour, et, de plus, le nègre nommé Antoine, frère dudit, aussi de notre équipage, nous a rapporté que lesdits nègres de mondit sieur Gras avaient charrié et emporté leurs bagages hors de leurs cases la nuit dernière, ce qui ne peut être présumé qu’à dessin de marronnage »

Bibliographie

– Y. Leroux, R. Auger, N. Cazelles, Les jésuites et l’esclavage : Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française, Presses de l’Université du Québec, 2009.

– Christophe Charlery, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ [En ligne], 5 | 2004. http://insitu.revues.org/2362