19 – Traiteur, habitant, colon…

La traite constitue l’activité première des Européens qui abordent le littoral guyanais à l’extrême fin du XVIe siècle. Il s’agit d’une activité de survie, éphémère, entre Amérindiens nomades et Européens aventuriers. Les premiers fournissent aux seconds « vivres » (poisson, manioc, tubercules), tabac, hamacs, pirogues. Ils sont éventuellement guides plus ou moins contraints à travers la vastitude de la forêt et des fleuves amazoniens. Les seconds apportent les outils de métal si convoités, les armes, et … l’alcool.

Sont qualifiés de traiteurs les «  habitants allant à la traite et sans habitation », (dénombrement de 1685)1. Statut aux contours flous, l’état de traiteur caractérise dans les premières décennies de la période coloniale un aventurier plus ou moins de passage et dont l’installation dans la colonie est rarement pérenne. Est traiteur en effet celui qui n’est pas habitant, qui n’a pas obtenu/demandé une concession aux autorités administratives, qui ne dispose pas de moyens suffisants pour acquérir les esclaves nécessaires à la mise en valeur d’une terre. Il s’agit d’une population nomade, qui ne s’installe pas, si tant est qu’elle survive aux difficiles conditions de la traite, et dont le nombre, voire l’identité échappe pour partie aux administrateurs.

On les retrouve dans la correspondance officielle de la colonie et les écrits des contemporains. Dans son Histoire de la Guyane, Jacques François Artur, médecin de la colonie, mentionne leur existence essentiellement avant 1730.

Selon le recensement de 1685 (le premier dans la colonie dorénavant stable2), un colon sur trois (soit 47 individus) est attesté comme traiteur. Il s’agit d’hommes jeunes (les trois quarts ont 30 ans et moins), le plus souvent célibataires (9 d’entre eux seulement sont déclarés mariés). Certains occupent un emploi dans l’administration coloniale : commis, chirurgien, notaire.

Les recensements suivants ne font plus état de ce statut devenu marginal dans la population, qui progressivement s’installe et crée des habitations.

Que sont devenus ces traiteurs recensés en 1685 ? Ils sont peu nombreux à faire souche dans la colonie comme en témoignent les recensements suivants3. Seuls ceux dont l’activité de traite est un complément à une fonction coloniale stable semblent s’installer durablement : ainsi le sieur Barguenon, simple traiteur en 1685, documenté en 1711 comme propriétaire d’une sucrerie sur laquelle travaille 59 esclaves. Commis des trésoriers de la marine, il a probablement bénéficié d’avantages liés à sa fonction. 

Avec l’installation durable d’habitations, le commerce avec les Amérindiens perd de son intérêt, même si, jusqu’au début du XVIIIe siècle la fréquente pénurie de farine (de blé) pour la garnison de Cayenne incite les autorités à recourir aux Amérindiens pour la fourniture de cassave (galette de farine de manioc).

Le recours à leur force de travail plus ou moins contraint, voire leur réduction en esclavage devient fréquent dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Le besoin de main d’œuvre et l’occupation progressive du territoire amérindien par des habitations entraînent la quasi disparition des nations amérindiennes du paysage colonial du littoral (mortalité, fuite, métissage) après 1730. Seuls ou presque demeurent les Amérindiens réduits en esclavage sur les habitations : ils forment 1% des esclaves en 1737.

 1Arch. nat., CAOM, sous-série C14.

 2Ce territoire s’inscrit définitivement dans la mouvance coloniale de la France à partir de 1676.

 3Une occurence dans le recensement de 1737. Il s’agit de françois laquay, 30 ans, habitant « près de Cayenne » , marié à Marotte une femme métisse. Et sans habitation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *