17 – Créole ou «natif de cette isle»

 « J’ay reçu le consentement mutuel de mariage de Anselme Burvant, dit Bourguigon et de Marie Véronique legal, créole de cette isle“. Le terme créole apparaît dans les registres au tout début du XVIIIe siècle, avec la première génération née sur le territoire après l’installation durable des Européens.  Ce terme regroupe dans un même ensemble le blanc habitant ; le „Nègre“ affranchi ; le métis.

En 1702, le curé de la paroisse Saint-Sauveur de Cayenne déclare avoir reçu  « le consentement mutuel de mariage de Charles Martin, natif de Brouage en Saintonge … et de Charlotte, libre créole de cette isle, fille de Jean Marcheterre et de Marianne, ses père et mère“. Il fait état d’une affirmation identitaire : être né au sein d’un même espace confère une identité commune, au-delà de la diversité des origines.

 Cette identité nouvelle va bien au-delà d’une communauté géographique partagée. Elle se construit selon un processus qualifié par Edouard Glissant de créolisation « un métissage d’arts ou de langages qui produit de l’inattendu […] la colonisation de tous par tous[1].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *