20 – La traite des Amérindiens au début du XVIIIe siècle selon JF Artur

 – Réduction en esclavage des derniers Amérindiens de l’île de Cayenne

 En 1704, « [Quelques habitants] se transportèrent tout de suitte au Courbaril, lieu situé dans l’isle, sur la rivière d’Ouya, un peu au-dessus de l’embouchure de la rivière de Cabassou. Là, sans mettre seulement pied à terre, ils firent dire aux Indiens que monsieur le gouverneur les mandoit tous à Rémire. Tous ceux qui se trouvoient dans l’habitation s’embarquèrent aussitôt dans le canot des François ; mais arrivés à Remire, ils se virent tous liés, garottés et enfermés. Le capitaine, lié et garotté comme les autres, fut enfermé séparément dans une chambre particulière où L… G… alla bientôt après luy casser la tête d’un coup de fusil. Les femmes et les enfants étaient aussy bons à vendre que leurs maris et leurs pères : on voulut aussy les avoir. Les mêmes blancs retournèrent leur dire que madame la gouvernante les voulait voir avec leurs enfants. Elles ne firent pas plus de difficultés que les Indiens et furent traittées de même à cela près que on n’en tua aucunne. Il fallait encore avoir les Arouas de Roura. On y envoya et on arresta tous ceux qu’on put saisir. Leur capitaine, nommé Vingt Sols, qui était baptisé, fut du nombre. On voulut d’abord s’en défaire en l’étranglant ; mais, pour le plus court, on luy tira trois coups de fusil à bout portant. On emmena les autres à Remire, hommes, femmes et enfants. De là, ils furent quelques jours après conduits à la ville au nombre de vingt ou vingt-cinq et vendus à l’encan».

 En 1705, traite d’Amérindiens du territoire contesté franco-portugais.

 « [Le]nommé Pinaut qui était parti l’année précédente à la tête de quelques autres François […]rencontra d’abord un canot qui portait huit Indiens portugais. Il prit ce canot et mit les Indiens aux fers. Quelques mois après, ces Indiens étant à terre, trouvèrent moyen de se débarrasser de leurs fers, se jettèrent sur les François, en tuèrent un et en blessèrent quelques autres. On les réduisit néanmoins pour la pluspart. Pinaut traitta ensuitte jusqu’à quarante esclaves qu’il amenait à Cayenne ».

– Travail forcé

 En 1727, les autorités coloniales incitent les soldats en garnison à Oyapock à s’établir comme habitants. Beaucoup épousent des Indiennes, raconte Artur, qui précise : « On ne leur donna d’autres secours que quelque traitte avec laquelle ils se procuraient celuy des Indiens du voisinage que le commandant leur permettait d’aller engager dans leurs bourgades, à la charge de les renvoyer chez eux au bout d’un certain temps, en les remplaçant par d’autres. C’est principalement ce qui a presque détruit ou fait éloigner dans les terres les Indiens de cette rivière ».

Source

Jacques François Artur, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Ibis Rouge Editions, 2002.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *