6 – Une maison, trois habitations, 119 esclaves… (P. Gras, 4)

Il faut huit  jours à Jean Pinté pour mener à terme la saisie des biens du commis de la compagnie des Indes. Le travail du scripteur est long et fastidieux :  » il est cinq heures du soir et nous n’avons pas encore travaillé à faire les copies », note l’huissier.

Le patrimoine de Pierre Gras est non seulement conséquent, mais éparpillé le long des cours d’eau et accessible uniquement en pirogue : les trois habitations dont il est propriétaire se trouvent à plusieurs du bourg de Cayenne, et nul guide ne leur en facilite l’approche. « S’étant trompés de criques », les quatre hommes trouvent un carbet de passage pour les abriter à la nuit tombée.

Près de deux journées sont nécessaires pour dresser l’inventaire du mobilier de la maison de Cayenne. Un premier acte de saisie est dressé « Et ai aussi laissé copie dudit arrêt [,,,] audit sieur Gras parlant à La Rouge, sa négresse, gardienne de son domicile que nous avons aussi saisie »

L’acte concernant l’habitation Beauséjour requiert également deux jours de travail. Il en est de même pour ses deux autres habitations, situées à proximité.

Pierre Gras ne facilite pas le travail de l’huissier. Ce dernier rentre à Cayenne sans avoir pu mener à bien la saisie des esclaves et des bêtes de l’habitation Beauséjour : le gouverneur, Gilbert d’Orvilliers, furieux, le contraint  à retourner sur l’habitation.

Le 12 juillet, soit deux semaines après le début de la saisie, Pinté se rend au domicile de Gras à Cayenne, déclare ses biens saisis et en particulier les esclaves de l’habitation Beauséjour. Le lendemain, le conseil supérieur, dont Pierre Gras était encore peu auparavant le doyen, enregistre l’acte.

Les biens saisis sont vendus en 1746, non sans quelques atermoiements : intrigues de Pierre Gras auprès des administrateurs, ou encore de Joseph Fabre, commissaire sequestre dans cette affaire et qui, ce faisant, pouvait faire travailler sur son habitation les esclaves de l’ancien commis de la compagnie des Indes.

5 – « Journal du voiage de Guinée et Cayenne, par le chevalier Des Marchais… » (Des Marchais, 1)

Ce journal de bord rédigé par Renaud des Marchais est conservé au département des manuscrits de la Bnf.   « Enrichy de plusieurs cartes et figures », il comprend 159 feuillets.

En 1730, le Père Labat, dominicain, fait paraître à Paris, chez l’éditeur Saugrain, un récit, inspiré de ce  journal de bord. D’autres sources que le journal de bord complètent, amendent, transforment le document initial.

C’est dire l’intérêt du manuscrit, au plus proche du quotidien, du vécu, de l’instantané. Rédigé par le capitaine du navire, il témoigne au jour le jour des événements, des personnes, des lieux sans construction narrative distanciée : il s’agit d’un journal, certes construit avec ses omissions et ses exagérations, mais témoin immédiat de la vie à bord, du devenir des passagers du navire (marins, esclaves…).

L’étude du manuscrit permet donc une approche plus précise et plus complète d’un voyage de traite vers la Guyane dans le premier quart du 18e siècle. Trois décennies après l’ expédition de traite de 1695, également documentée par un journal de bord détaillé, il permet de préciser les conditions de la traite vers la Guyane au 18e siècle.

Marie Polderman, « La traite atlantique vers la Guyane : 1664-1829« , in Guyane, Histoire & Mémoire, Ibis Rouge Editions, 2011. Pp. 187-219.

http://www.manioc.org/recherch/T12001

4 – Porcelaine rouge et couverts d’argent… (P. Gras, 3)

Au 16 de la Grande Rue, les armoires sont ouvertes, la vaisselle, la nourriture, le linge de table, les vêtements qu’elles contiennent sont détaillés, comptés, enregistrés.

Il y a là plusieurs services de table en porcelaine rouge, en porcelaine bleue, en faïence « grosse et fine » ; une abondance d’ argenterie  « flambeaux en argent, avec des mouchettes et porte-mouchettes en argent… cuillères et 4 fourchettes d’argent et une cuillère à ragoût aussi d’argent…, couteaux de table à manche d’argent et petites cuillères à café aussi d’argent ».

Dans la salle de réception, outre les deux armoires contenant de la vaisselle, une table octogonale en « bois du pays » entourée de 12 chaises, peut recevoir l’une es 16 nappes rangées dans l’armoire d’une des chambres sont prévues.

La richesse, le luxe dont témoigne l’abondance des biens saisis dénote non seulement un bien vivre à l’identique de la métropole, mais aussi une vie sociale active : la vaisselle, le mobilier laisse supposer une table ouverte, gastronomique et abondante, où les membres du conseil supérieur, les fonctionnaires du roi, les jésuites doivent être fréquemment conviés. Chacun appréciant et enviant cette bonne chère que l’approvisionnement irrégulier de la colonie rend encore plus goûteuse. Pierre Gras est bien placé pour se fournir auprès des navires faisant escale à Cayenne. N’est-il pas le commis de la compagnie des Indes ?

3 – Au « 16 Grande Rue » à Cayenne (P. Gras, 2)

La maison de Pierre Gras se situe dans la seule rue d’importance du bourg, au carrefour du chemin menant du fort Cépérou à Rémire, où si situent les principales habitations de la colonie, et de la Grande Rue qui mène de la place d’Armes au port.  A proximité de la maison du gouverneur, de celle des jésuites et de tous ceux qui comptent dans la colonie.

L’entrée est constituée d’une salle de réception bordée de chaque côté par une chambre. A l’arrière une cour au fond de laquelle est installée la cuisine. De part et d’autre de la cour, les magasins de stockage. A l’arrière, une porte donne la ruelle qui mène au fort Cépérou. Le tout représente une surface au sol d’environ 270m².

2 – Sur Gallica, les illustrations en ligne d’ouvrages conservés dans le fonds Réserve de la BNF

Ces deux cartes sont tirées de l’ouvrage rédigé par Pierre Barrère « Nouvelle relation de la France Equinoxiale, contenant la description des côtes de la Guiane, de l’isle de Cayenne » édité en 1743. Botaniste et médecin à Cayenne, correspondant de Jussieu, Pierre Barrère réside dans la colonie de 1722 à 1725. A l’esthétisme naïf de la première s’oppose la précision (relative) de la deuxième, copie de cartes antérieures ?

Cette carte de l'isle de Cayenne issue du même ouvrage est plus classique, une copie d'autres cartes antérieures ?

Cette carte de Cayenne fait partie d’un ouvrage de John Barbot, publié en 1746 à Londres : « A Description of the Coasts of North and South Guinea and of Ethiopia inferior, vulgarly Angola…« .  Il s’agit de la réédition d’un ouvrage publié au tout début du XVIIIe siècle. Plans de coupe détaillés, légendes précises, c’est un travail soigné, reflet des intérêts anglais dans la région.

En passant

Ce carnet de recherches concerne l’histoire coloniale de  la Guyane française sous l’Ancien Régime depuis 1676, début de l’installation pérenne des Français (exception faite du bref épisode portugais au début du 19e siècle), jusqu’en 1763 (date de l’expédition de Kourou).

– Actualité des sources archivistiques et archéologiques (veille)
– Populations pionnières et métissages
– Territoires et frontières
– Récits de vie et portraits