15 – « Cayenne représentée exactement dans toutes ses rivières, criques et habitations et ses dehors »

habitations 1717-page0001

Réalisée en 1717 par Pierre Aimé Lombard.

Ce père jésuite est à l’origine de la mission de Kourou qu’il a fondée vers 1713, mission où sont regroupés plusieurs centaines d’Amérindiens (437 selon les autorités coloniales en 1737).

Les jésuites connaissent le territoire colonisé, ils sont au fait de chaque habitation qui se crée. En charge des cures (Cayenne, Rémire, Roura), ils remontent les cours d’eau et jouent un rôle prépondérant dans la société coloniale, entrant parfois en conflit tant avec les administrateurs qu’avec certains habitants.

ANOM – Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

14 – De terres et d’eaux, la Guyane au début du XVIIIe siècle

Plan de la rade de l’île de Cayenne, réalisé par Guillouet d’Orvilliers, gouverneur de la colonie. Ce plan est dédié à Monseigneur le Comte de Maurepas.  [1700-1750] cayenne rade-page-0

 Echelle de 1000 toises.

ANOM – Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

13 –  » Plan de la ville et du fort Saint-Michel de Cayenne dans l’état où je l’ay trouvé au mois de janvier 1733 « 

Ce plan, remarquable dans ses détails, a été réalisé par François Fresneau, ingénieur du roi en Guyane de 1732 à 1748. Le bourg de Cayenne est alors bien modeste. Il s’organise autour des bâtiments officiels (éléments de fortifications, église Saint-Sauveur, hôpital, palais du gouverneur, magasin du roi, fort Cépérou etc…) le long de quatre rues. Les précisions apportées témoignent d’une installation encore précaire, alors même que le territoire est français depuis près d’un demi siècle.

Cayenne 1733-page0001« 1. Vieille citerne. 2. Terres qui ont été enlevées par les habitans pour faire du torchis ou placage. 3. Aqueduc. 4. Brèches que les bestiaux et les Nègres ont faites. 5. Espèce de petite redoute. 6. Fossé qu’on a fait pour faire entrer l’eau de la mer dans les fossés ne pouvant le faire ailleurs à cause des rochers. 7. Fossé rempli de ? la majeure partie de l’année. 8. Fossé sec. 9. Carrière de pierre »

Plan réalisé par François Fresneau de La Gataudière, ingénieur du roi.

ANOM, Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

12 – « Plan du fort de Cayenne », janvier 1677

1677-page00011676 signe l’acte de naissance de cette terre du plateau des Guyanes comme possession française. En décembre de cette année-là, l’amiral d’Estrées après plusieurs décennies de colonisation incertaine, reprend définitivement Cayenne aux Hollandais.

Cette jolie carte aquarellée anonyme réalisée quelques semaines plus tard se veut un manifeste politique revendiquant Cayenne comme possession française. De ce combat, deux récits très différents témoignent par ailleurs : l’un, rédigé par le père Labat, parle d’un combat héroïque auquel participèrent plusieurs centaines de soldats,  de nombreux prisonniers et tués… L’autre, relaté par le médecin du roi Artur qui séjourna dans la colonie au milieu du XVIIIe siècle, s’appuie sur les dires des habitants « Les français entrèrent dans le bourg sans trouver aucune résistance… tout se passa à peu près sans effusion de sang« .

Représentation du fort, de l’église, des maisons dans l’enceinte fortifiée. Indication des attaques portées par les Français.

 ANOM, Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

7 – Un navire négrier appelé « l’Expédition » (Des Marchais, 2)

Le 6 août 1724, le navire négrier nommé « l’ Expédition », armé par la Compagnie des Indes, quitte Le Havre. Maître à bord, Thibaut des Marchais. Ce capitaine expérimenté, polyglotte, et dessinateur à ses heures, est alors âgé de 50 ans ; sa solde s’élève à 150 livres par mois. A ses côtés, 32 membres d’équipage : 6 officiers, 8 officiers mariniers, 3 officiers non mariniers (boulanger, tonnelier, cuisinier), 13 matelots dont 6 désertent pendant le voyage, et 3 mousses dont le plus jeune n’a que 12 ans.

Après une escale à Lorient, siège de la Compagnie des Indes, cap au sud : la côte africaine est atteinte en octobre.  Six mois et trois escales (Gorée, Mezurade et Ouidah (Juda) sont nécessaire pour acquérir non sans mal 138 esclaves.

La traversée de l’océan, commencée en mai 1725, dure près de 4 mois. La traversée est longue et la déportation particulièrement dramatique : plus de la moitié (52 %) des esclaves décède pendant la traversée, faut d’une alimentation suffisante. « La mauvaise nourriture y contribua beaucoup« , raconte le père Labat. « On leur donne deux fois par jour une petite écuellée de ces fèves avec deux tasses d’eau ». La maladie s’en mêle : « Le scorbut est parmi mes Noirs, et point parmi mon équipage, Dieu soit béni !« , se félicite Des Marchais le 2 août…

En août 1725, il entre dans le port de Cayenne, trouve des acheteur pour les esclaves survivants,  mais doit se résigner à rester plusieurs mois dans la colonie en attente d’être payé sur les récoltes à venir. La colonie est démographiquement restreinte et deux navires « interlopes » viennent juste de vendre leur cargaison : les habitants n’ont plus les moyens d’acheter d’autre esclaves.

Par ailleurs, le navire a besoin d’être remis en état et il est nécessaire avant de prendre la route du retour d’en mener à bien le carénage. La saison des pluies retarde également le voyage du retour. Ce n’est qu’en avril 1726 qu’il sort du port de Cayenne : il atteint la France le 16 juin de la même année.

5 – « Journal du voiage de Guinée et Cayenne, par le chevalier Des Marchais… » (Des Marchais, 1)

Ce journal de bord rédigé par Renaud des Marchais est conservé au département des manuscrits de la Bnf.   « Enrichy de plusieurs cartes et figures », il comprend 159 feuillets.

En 1730, le Père Labat, dominicain, fait paraître à Paris, chez l’éditeur Saugrain, un récit, inspiré de ce  journal de bord. D’autres sources que le journal de bord complètent, amendent, transforment le document initial.

C’est dire l’intérêt du manuscrit, au plus proche du quotidien, du vécu, de l’instantané. Rédigé par le capitaine du navire, il témoigne au jour le jour des événements, des personnes, des lieux sans construction narrative distanciée : il s’agit d’un journal, certes construit avec ses omissions et ses exagérations, mais témoin immédiat de la vie à bord, du devenir des passagers du navire (marins, esclaves…).

L’étude du manuscrit permet donc une approche plus précise et plus complète d’un voyage de traite vers la Guyane dans le premier quart du 18e siècle. Trois décennies après l’ expédition de traite de 1695, également documentée par un journal de bord détaillé, il permet de préciser les conditions de la traite vers la Guyane au 18e siècle.

Marie Polderman, « La traite atlantique vers la Guyane : 1664-1829« , in Guyane, Histoire & Mémoire, Ibis Rouge Editions, 2011. Pp. 187-219.

http://www.manioc.org/recherch/T12001

2 – Sur Gallica, les illustrations en ligne d’ouvrages conservés dans le fonds Réserve de la BNF

Ces deux cartes sont tirées de l’ouvrage rédigé par Pierre Barrère « Nouvelle relation de la France Equinoxiale, contenant la description des côtes de la Guiane, de l’isle de Cayenne » édité en 1743. Botaniste et médecin à Cayenne, correspondant de Jussieu, Pierre Barrère réside dans la colonie de 1722 à 1725. A l’esthétisme naïf de la première s’oppose la précision (relative) de la deuxième, copie de cartes antérieures ?

Cette carte de l'isle de Cayenne issue du même ouvrage est plus classique, une copie d'autres cartes antérieures ?

Cette carte de Cayenne fait partie d’un ouvrage de John Barbot, publié en 1746 à Londres : « A Description of the Coasts of North and South Guinea and of Ethiopia inferior, vulgarly Angola…« .  Il s’agit de la réédition d’un ouvrage publié au tout début du XVIIIe siècle. Plans de coupe détaillés, légendes précises, c’est un travail soigné, reflet des intérêts anglais dans la région.