21 – Entre cauchemar et rêve…

Entre cauchemar et rêve, entre déportation et espoir de liberté, le voyage transatlantique reflète pendant près de trois siècles (17e/19e) l’origine de ceux qui l’entreprennent. Pour le plus grand nombre, il s’agit d’une traversée brutale, contrainte, violente : la traite atlantique. A minima, les archives disponibles témoignent de 12.5 millions d’Africains déportés jusqu’à l’interdiction de la traite ; sur la même période, le nombre d’Européens traversant l’océan est estimé à quelques 2.5 millions. Pour la majorité de ceux qui sont entassés sur les navires, il s’agit de la traversée d’un Océan Noir, selon la formule de l’artiste William Wilson.

Cette traversée reflète deux chemins de vie contradictoires selon que l’on est Africain ou Européen : pour les premiers, Africains, c’est la servitude, la perte de ses origines, de son identité (le nom africain disparaît au profit d’un prénom chrétien) la violence et souvent la mort. De cette histoire là, de cette « traversée du milieu » peu ou pas de témoignages : les récits d’esclaves qui nous sont parvenus sont rares et concernent peu la réalité de la traite. De celle-ci nous ne connaissons pour l’essentiel que les relations rédigées par les capitaines de navires négriers.

Pour les seconds, Européens, migrants volontaires, c’est l’espoir, l’attente d’une vie plus libre, moins contrainte socialement que sur le vieux continent, c’est le rêve d’un enrichissement potentiel, de découvertes d’un monde nouveau, quasi mythique, alimenté par les récits des premiers arrivants et en particulier ceux des Jésuites publiés au tout début du XVIIIe siècle en Europe.

Et puis, il y a ceux, officiers et membres des équipages, dont l’océan est le mode de vie : la traversée n’est qu’une étape dans un voyage qui, à terme, se doit de les ramener à bon port, sains et saufs, du moins l’espèrent-ils. Ils furent des centaines de milliers, enrôlés sur les navires de la Marine du Roi, sur les négriers des compagnies de commerce à vivre la traversée atlantique. A la fin du XVIIIe siècle, les équipages de la Marine du Roi comptent 50 000 marins, ceux de la Marine marchande à peu près autant.

Les journaux de bord tenus par les capitaines constituent une trace précieuse du vécu de ces hommes. Si beaucoup d’entre eux ne sont que de simples documents administratifs, quelques-uns sont de véritables carnets de voyage, révélant l’intérêt, la curiosité, l’esprit d’aventure de leur scripteur : illustrations, descriptions, récits de rencontre, anecdotes de la vie quotidienne, reflètent ce temps rêvé et pourtant si concret dans les détails relatés.

Sources

William Wilson, L’océan Noir, Gallimard, 2009.

Ma véridique histoire.. Olaudah Equiano. Publié pour la première fois à Londres en 1789.

Jean Baptiste Du Halde, Lettres édifiantes et curieuses…, (34 vol.), Paris, 1703-1776.

16 – La traite atlantique vers la Guyane 1664-1829

page-0 Il s’agit d’ une esquisse de l’histoire de la Traite vers la Guyane présentée lors du colloque « Guyane Histoire et Mémoire : la Guyane française au temps de l’esclavage : discours, pratiques et représentations« , Cayenne, novembre 2010. Une première partie porte sur l’analyse du journal de bord d’une escadre qui entre 1695 et 1697 déporte plus de 150 esclaves vers la Guyane. A cette époque, la France essaie de s’affirmer en tant que puissance coloniale. Outre les données maritimes, ce manuscrit précise les luttes d’influences locales et les rencontres humaines lors du voyage, donnant ainsi un aperçu des différents enjeux de l’expédition.

http://www.manioc.org/recherch/T12001

7 – Un navire négrier appelé « l’Expédition » (Des Marchais, 2)

Le 6 août 1724, le navire négrier nommé « l’ Expédition », armé par la Compagnie des Indes, quitte Le Havre. Maître à bord, Thibaut des Marchais. Ce capitaine expérimenté, polyglotte, et dessinateur à ses heures, est alors âgé de 50 ans ; sa solde s’élève à 150 livres par mois. A ses côtés, 32 membres d’équipage : 6 officiers, 8 officiers mariniers, 3 officiers non mariniers (boulanger, tonnelier, cuisinier), 13 matelots dont 6 désertent pendant le voyage, et 3 mousses dont le plus jeune n’a que 12 ans.

Après une escale à Lorient, siège de la Compagnie des Indes, cap au sud : la côte africaine est atteinte en octobre.  Six mois et trois escales (Gorée, Mezurade et Ouidah (Juda) sont nécessaire pour acquérir non sans mal 138 esclaves.

La traversée de l’océan, commencée en mai 1725, dure près de 4 mois. La traversée est longue et la déportation particulièrement dramatique : plus de la moitié (52 %) des esclaves décède pendant la traversée, faut d’une alimentation suffisante. « La mauvaise nourriture y contribua beaucoup« , raconte le père Labat. « On leur donne deux fois par jour une petite écuellée de ces fèves avec deux tasses d’eau ». La maladie s’en mêle : « Le scorbut est parmi mes Noirs, et point parmi mon équipage, Dieu soit béni !« , se félicite Des Marchais le 2 août…

En août 1725, il entre dans le port de Cayenne, trouve des acheteur pour les esclaves survivants,  mais doit se résigner à rester plusieurs mois dans la colonie en attente d’être payé sur les récoltes à venir. La colonie est démographiquement restreinte et deux navires « interlopes » viennent juste de vendre leur cargaison : les habitants n’ont plus les moyens d’acheter d’autre esclaves.

Par ailleurs, le navire a besoin d’être remis en état et il est nécessaire avant de prendre la route du retour d’en mener à bien le carénage. La saison des pluies retarde également le voyage du retour. Ce n’est qu’en avril 1726 qu’il sort du port de Cayenne : il atteint la France le 16 juin de la même année.

5 – « Journal du voiage de Guinée et Cayenne, par le chevalier Des Marchais… » (Des Marchais, 1)

Ce journal de bord rédigé par Renaud des Marchais est conservé au département des manuscrits de la Bnf.   « Enrichy de plusieurs cartes et figures », il comprend 159 feuillets.

En 1730, le Père Labat, dominicain, fait paraître à Paris, chez l’éditeur Saugrain, un récit, inspiré de ce  journal de bord. D’autres sources que le journal de bord complètent, amendent, transforment le document initial.

C’est dire l’intérêt du manuscrit, au plus proche du quotidien, du vécu, de l’instantané. Rédigé par le capitaine du navire, il témoigne au jour le jour des événements, des personnes, des lieux sans construction narrative distanciée : il s’agit d’un journal, certes construit avec ses omissions et ses exagérations, mais témoin immédiat de la vie à bord, du devenir des passagers du navire (marins, esclaves…).

L’étude du manuscrit permet donc une approche plus précise et plus complète d’un voyage de traite vers la Guyane dans le premier quart du 18e siècle. Trois décennies après l’ expédition de traite de 1695, également documentée par un journal de bord détaillé, il permet de préciser les conditions de la traite vers la Guyane au 18e siècle.

Marie Polderman, « La traite atlantique vers la Guyane : 1664-1829« , in Guyane, Histoire & Mémoire, Ibis Rouge Editions, 2011. Pp. 187-219.

http://www.manioc.org/recherch/T12001