11 – Jean Gonneau, dit Saint-Amand, sergent, aubergiste, habitant… un itinéraire métissé

Jean Gonneau, dit Saint-Amand, arrive dans la colonie à l’extrême fin du XVIIe, comme soldat de la garnison. Son temps terminé, il s’installe dans le bourg comme aubergiste. Il est propriétaire de sa maison et gère son affaire avec l’aide d’un esclave. En 1697, il épouse une toute jeune fille âgée de 15 ans, Marguerite Laventure, « Négresse libre ». De cette union vont naître onze enfants en près d’un quart de siècle.

En 1717, il est réputé propriétaire d’une habitation sise à Montsinéry sur laquelle il produit du rocou et des vivres avec six esclaves. Les actes de baptêmes traduisent la volonté de Jean Gonneau de s’inscrire et d’inscrire sa descendance comme partie prenante de la société coloniale de son temps. Pour sa nombreuse progéniture, il choisit avec soin le parrainage le plus favorable : officiers de garnisons, habitants aisés, personnel colonial (chirurgien, juge, procureur). Et ce n’est que pour les plus jeunes qu’il semble avoir renoncé : le parrainage de sa dernière fille née en 1723 est assuré par deux de ses aînés Jean et Anne Gonneau.

Ces actes révèlent également comment le scripteur, et la société coloniale à laquelle il appartient, prend en compte ou non  la spécificité de cette famille métisse : selon les actes, la femme de Jean Gonneau est qualifiée de « Marguerite, Négresse » ; « Marguerite, Négresse libre, sa femme » ; « Marguerite, créole ». Plus on s’éloigne du mariage de 1697, plus l’origine de Marguerite est occultée au point que, dans le recensement de 1737, Marguerite est qualifiée de Blanche.

Gonneau-1ère-génération-page-1

10 – « J’ai reçu le consentement mutuel de mariage entre Nicolas Champion, dit Bourguignon, et Marie-Rose, Indienne… »

Au mois de mai1681, un navire transportant des « filles à marier » entre dans le port de Cayenne. Dans les jours qui suivent, le père Brane, jésuite en charge de la paroisse, célèbre les mariages dont il est ensuite le scripteur dans le registre paroissial : ce sont les premiers actes d’état civil documentés pour la colonie.

Celle-ci est alors française depuis peu (1676).

Pour ses administrateurs, son développement démographique est une nécessité incontournable, préalable nécessaire à sa mise en valeur. Il s’agit de favoriser mariages et naissances en demandant au ministre l’envoi de filles de l’hexagone, afin d’éviter, de limiter le concubinage avec des femmes amérindiennes et/ou esclaves originaires d’Afrique. Il y a là l’idée de reproduire une société à l’identique de celle laissée sur le vieux continent ; mais la dynamique d’un monde en gestation va de fait donner naissance à une société nouvelle, plurielle, métisse, avec un métissage factuel tout autant que légal, géographique tout autant que culturel, comme en témoigne l’analyse des actes disponibles, soit un corpus de près de 800 actes de mariage « des blancs et autres personnes libres faits dans la paroisse de St Sauveur de Cayenne« , pour la première période de colonisation française,  avant l’arrivée massive des colons de l’expédition de Kourou (1763). L’installation progressive de colons sur le territoire induit une prise en main administrative par le pouvoir colonial qui se traduit par la création de nouvelles paroisses dans l’île de Cayenne et au-delà : Rémire (1685), Roura (1725), Kourou (1731), Oyapock (1738) et Sinnamary (1747).

Acte mariage métisse 1685