20 – La traite des Amérindiens au début du XVIIIe siècle selon JF Artur

 – Réduction en esclavage des derniers Amérindiens de l’île de Cayenne

 En 1704, « [Quelques habitants] se transportèrent tout de suitte au Courbaril, lieu situé dans l’isle, sur la rivière d’Ouya, un peu au-dessus de l’embouchure de la rivière de Cabassou. Là, sans mettre seulement pied à terre, ils firent dire aux Indiens que monsieur le gouverneur les mandoit tous à Rémire. Tous ceux qui se trouvoient dans l’habitation s’embarquèrent aussitôt dans le canot des François ; mais arrivés à Remire, ils se virent tous liés, garottés et enfermés. Le capitaine, lié et garotté comme les autres, fut enfermé séparément dans une chambre particulière où L… G… alla bientôt après luy casser la tête d’un coup de fusil. Les femmes et les enfants étaient aussy bons à vendre que leurs maris et leurs pères : on voulut aussy les avoir. Les mêmes blancs retournèrent leur dire que madame la gouvernante les voulait voir avec leurs enfants. Elles ne firent pas plus de difficultés que les Indiens et furent traittées de même à cela près que on n’en tua aucunne. Il fallait encore avoir les Arouas de Roura. On y envoya et on arresta tous ceux qu’on put saisir. Leur capitaine, nommé Vingt Sols, qui était baptisé, fut du nombre. On voulut d’abord s’en défaire en l’étranglant ; mais, pour le plus court, on luy tira trois coups de fusil à bout portant. On emmena les autres à Remire, hommes, femmes et enfants. De là, ils furent quelques jours après conduits à la ville au nombre de vingt ou vingt-cinq et vendus à l’encan».

 En 1705, traite d’Amérindiens du territoire contesté franco-portugais.

 « [Le]nommé Pinaut qui était parti l’année précédente à la tête de quelques autres François […]rencontra d’abord un canot qui portait huit Indiens portugais. Il prit ce canot et mit les Indiens aux fers. Quelques mois après, ces Indiens étant à terre, trouvèrent moyen de se débarrasser de leurs fers, se jettèrent sur les François, en tuèrent un et en blessèrent quelques autres. On les réduisit néanmoins pour la pluspart. Pinaut traitta ensuitte jusqu’à quarante esclaves qu’il amenait à Cayenne ».

– Travail forcé

 En 1727, les autorités coloniales incitent les soldats en garnison à Oyapock à s’établir comme habitants. Beaucoup épousent des Indiennes, raconte Artur, qui précise : « On ne leur donna d’autres secours que quelque traitte avec laquelle ils se procuraient celuy des Indiens du voisinage que le commandant leur permettait d’aller engager dans leurs bourgades, à la charge de les renvoyer chez eux au bout d’un certain temps, en les remplaçant par d’autres. C’est principalement ce qui a presque détruit ou fait éloigner dans les terres les Indiens de cette rivière ».

Source

Jacques François Artur, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Ibis Rouge Editions, 2002.

19 – Traiteur, habitant, colon…

La traite constitue l’activité première des Européens qui abordent le littoral guyanais à l’extrême fin du XVIe siècle. Il s’agit d’une activité de survie, éphémère, entre Amérindiens nomades et Européens aventuriers. Les premiers fournissent aux seconds « vivres » (poisson, manioc, tubercules), tabac, hamacs, pirogues. Ils sont éventuellement guides plus ou moins contraints à travers la vastitude de la forêt et des fleuves amazoniens. Les seconds apportent les outils de métal si convoités, les armes, et … l’alcool.

Sont qualifiés de traiteurs les «  habitants allant à la traite et sans habitation », (dénombrement de 1685)1. Statut aux contours flous, l’état de traiteur caractérise dans les premières décennies de la période coloniale un aventurier plus ou moins de passage et dont l’installation dans la colonie est rarement pérenne. Est traiteur en effet celui qui n’est pas habitant, qui n’a pas obtenu/demandé une concession aux autorités administratives, qui ne dispose pas de moyens suffisants pour acquérir les esclaves nécessaires à la mise en valeur d’une terre. Il s’agit d’une population nomade, qui ne s’installe pas, si tant est qu’elle survive aux difficiles conditions de la traite, et dont le nombre, voire l’identité échappe pour partie aux administrateurs.

On les retrouve dans la correspondance officielle de la colonie et les écrits des contemporains. Dans son Histoire de la Guyane, Jacques François Artur, médecin de la colonie, mentionne leur existence essentiellement avant 1730.

Selon le recensement de 1685 (le premier dans la colonie dorénavant stable2), un colon sur trois (soit 47 individus) est attesté comme traiteur. Il s’agit d’hommes jeunes (les trois quarts ont 30 ans et moins), le plus souvent célibataires (9 d’entre eux seulement sont déclarés mariés). Certains occupent un emploi dans l’administration coloniale : commis, chirurgien, notaire.

Les recensements suivants ne font plus état de ce statut devenu marginal dans la population, qui progressivement s’installe et crée des habitations.

Que sont devenus ces traiteurs recensés en 1685 ? Ils sont peu nombreux à faire souche dans la colonie comme en témoignent les recensements suivants3. Seuls ceux dont l’activité de traite est un complément à une fonction coloniale stable semblent s’installer durablement : ainsi le sieur Barguenon, simple traiteur en 1685, documenté en 1711 comme propriétaire d’une sucrerie sur laquelle travaille 59 esclaves. Commis des trésoriers de la marine, il a probablement bénéficié d’avantages liés à sa fonction. 

Avec l’installation durable d’habitations, le commerce avec les Amérindiens perd de son intérêt, même si, jusqu’au début du XVIIIe siècle la fréquente pénurie de farine (de blé) pour la garnison de Cayenne incite les autorités à recourir aux Amérindiens pour la fourniture de cassave (galette de farine de manioc).

Le recours à leur force de travail plus ou moins contraint, voire leur réduction en esclavage devient fréquent dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Le besoin de main d’œuvre et l’occupation progressive du territoire amérindien par des habitations entraînent la quasi disparition des nations amérindiennes du paysage colonial du littoral (mortalité, fuite, métissage) après 1730. Seuls ou presque demeurent les Amérindiens réduits en esclavage sur les habitations : ils forment 1% des esclaves en 1737.

 1Arch. nat., CAOM, sous-série C14.

 2Ce territoire s’inscrit définitivement dans la mouvance coloniale de la France à partir de 1676.

 3Une occurence dans le recensement de 1737. Il s’agit de françois laquay, 30 ans, habitant « près de Cayenne » , marié à Marotte une femme métisse. Et sans habitation.

10 – « J’ai reçu le consentement mutuel de mariage entre Nicolas Champion, dit Bourguignon, et Marie-Rose, Indienne… »

Au mois de mai1681, un navire transportant des « filles à marier » entre dans le port de Cayenne. Dans les jours qui suivent, le père Brane, jésuite en charge de la paroisse, célèbre les mariages dont il est ensuite le scripteur dans le registre paroissial : ce sont les premiers actes d’état civil documentés pour la colonie.

Celle-ci est alors française depuis peu (1676).

Pour ses administrateurs, son développement démographique est une nécessité incontournable, préalable nécessaire à sa mise en valeur. Il s’agit de favoriser mariages et naissances en demandant au ministre l’envoi de filles de l’hexagone, afin d’éviter, de limiter le concubinage avec des femmes amérindiennes et/ou esclaves originaires d’Afrique. Il y a là l’idée de reproduire une société à l’identique de celle laissée sur le vieux continent ; mais la dynamique d’un monde en gestation va de fait donner naissance à une société nouvelle, plurielle, métisse, avec un métissage factuel tout autant que légal, géographique tout autant que culturel, comme en témoigne l’analyse des actes disponibles, soit un corpus de près de 800 actes de mariage « des blancs et autres personnes libres faits dans la paroisse de St Sauveur de Cayenne« , pour la première période de colonisation française,  avant l’arrivée massive des colons de l’expédition de Kourou (1763). L’installation progressive de colons sur le territoire induit une prise en main administrative par le pouvoir colonial qui se traduit par la création de nouvelles paroisses dans l’île de Cayenne et au-delà : Rémire (1685), Roura (1725), Kourou (1731), Oyapock (1738) et Sinnamary (1747).

Acte mariage métisse 1685