17 – Créole ou «natif de cette isle»

 « J’ay reçu le consentement mutuel de mariage de Anselme Burvant, dit Bourguigon et de Marie Véronique legal, créole de cette isle“. Le terme créole apparaît dans les registres au tout début du XVIIIe siècle, avec la première génération née sur le territoire après l’installation durable des Européens.  Ce terme regroupe dans un même ensemble le blanc habitant ; le „Nègre“ affranchi ; le métis.

En 1702, le curé de la paroisse Saint-Sauveur de Cayenne déclare avoir reçu  « le consentement mutuel de mariage de Charles Martin, natif de Brouage en Saintonge … et de Charlotte, libre créole de cette isle, fille de Jean Marcheterre et de Marianne, ses père et mère“. Il fait état d’une affirmation identitaire : être né au sein d’un même espace confère une identité commune, au-delà de la diversité des origines.

 Cette identité nouvelle va bien au-delà d’une communauté géographique partagée. Elle se construit selon un processus qualifié par Edouard Glissant de créolisation « un métissage d’arts ou de langages qui produit de l’inattendu […] la colonisation de tous par tous[1].

10 – « J’ai reçu le consentement mutuel de mariage entre Nicolas Champion, dit Bourguignon, et Marie-Rose, Indienne… »

Au mois de mai1681, un navire transportant des « filles à marier » entre dans le port de Cayenne. Dans les jours qui suivent, le père Brane, jésuite en charge de la paroisse, célèbre les mariages dont il est ensuite le scripteur dans le registre paroissial : ce sont les premiers actes d’état civil documentés pour la colonie.

Celle-ci est alors française depuis peu (1676).

Pour ses administrateurs, son développement démographique est une nécessité incontournable, préalable nécessaire à sa mise en valeur. Il s’agit de favoriser mariages et naissances en demandant au ministre l’envoi de filles de l’hexagone, afin d’éviter, de limiter le concubinage avec des femmes amérindiennes et/ou esclaves originaires d’Afrique. Il y a là l’idée de reproduire une société à l’identique de celle laissée sur le vieux continent ; mais la dynamique d’un monde en gestation va de fait donner naissance à une société nouvelle, plurielle, métisse, avec un métissage factuel tout autant que légal, géographique tout autant que culturel, comme en témoigne l’analyse des actes disponibles, soit un corpus de près de 800 actes de mariage « des blancs et autres personnes libres faits dans la paroisse de St Sauveur de Cayenne« , pour la première période de colonisation française,  avant l’arrivée massive des colons de l’expédition de Kourou (1763). L’installation progressive de colons sur le territoire induit une prise en main administrative par le pouvoir colonial qui se traduit par la création de nouvelles paroisses dans l’île de Cayenne et au-delà : Rémire (1685), Roura (1725), Kourou (1731), Oyapock (1738) et Sinnamary (1747).

Acte mariage métisse 1685