11 – Jean Gonneau, dit Saint-Amand, sergent, aubergiste, habitant… un itinéraire métissé

Jean Gonneau, dit Saint-Amand, arrive dans la colonie à l’extrême fin du XVIIe, comme soldat de la garnison. Son temps terminé, il s’installe dans le bourg comme aubergiste. Il est propriétaire de sa maison et gère son affaire avec l’aide d’un esclave. En 1697, il épouse une toute jeune fille âgée de 15 ans, Marguerite Laventure, « Négresse libre ». De cette union vont naître onze enfants en près d’un quart de siècle.

En 1717, il est réputé propriétaire d’une habitation sise à Montsinéry sur laquelle il produit du rocou et des vivres avec six esclaves. Les actes de baptêmes traduisent la volonté de Jean Gonneau de s’inscrire et d’inscrire sa descendance comme partie prenante de la société coloniale de son temps. Pour sa nombreuse progéniture, il choisit avec soin le parrainage le plus favorable : officiers de garnisons, habitants aisés, personnel colonial (chirurgien, juge, procureur). Et ce n’est que pour les plus jeunes qu’il semble avoir renoncé : le parrainage de sa dernière fille née en 1723 est assuré par deux de ses aînés Jean et Anne Gonneau.

Ces actes révèlent également comment le scripteur, et la société coloniale à laquelle il appartient, prend en compte ou non  la spécificité de cette famille métisse : selon les actes, la femme de Jean Gonneau est qualifiée de « Marguerite, Négresse » ; « Marguerite, Négresse libre, sa femme » ; « Marguerite, créole ». Plus on s’éloigne du mariage de 1697, plus l’origine de Marguerite est occultée au point que, dans le recensement de 1737, Marguerite est qualifiée de Blanche.

Gonneau-1ère-génération-page-1