9 – L’habitation Saint-Pierre, une sucrerie à l’abandon ?

« Et nous ayant enquis dudit Nègre Simon s’il y avait des abbatis sur laditte habitation plantée en manioc, canne à sucre ou autres pour faire marchandises ordinaires du pays, il nous a répondu qu’il y avait longtemps que ladite habitation était abandonnée et qu’il n’y avait aucun abbatis non pas mêmes abattis de Nègres excepté un petit abattis à lui dans lequel il prend ses vivres ne lui en étant fournis de personne et c’est ce que nous avions examiné moi, ledit sieur Fabre et témoins en nous promenant sur les cinq heures du soir dans la savane n’ayant aperçu aucune apparence d’abbatis ».

Les bâtiments agricoles nécessaires à l’exploitation de la canne à sucre : le moulin, la sucrerie, la purgerie, la vinaigrerie. Le moulin à sucre d’une hauteur de 7 mètres se situe à proximité (dix pas) de la maison du maitre et attenant aux autres bâtiments. Couvert en bardeaux et fourches en terre, il est garni de ses trois rouleaux, bras, fontes, crapaudins et charpente. Il s’agit probablement d’un moulin à traction animale.

Dans la sucrerie, appelée aussi chaufferie, est un bâtiment de 100 m2. Jean Pinté dénombre 5 grandes jarres de Provence, 4 chaudières de cuivre et 2 de fer, un bec de corbin de cuivre et 2 cuillères à sucre. Les marmites de taille différente sont chauffés à des températures de plus en plus élevées jusqu’à l’obtention de sucre

La purgerie occupe un espace d’environ 18 m2 : c’est là que le sucre est séparé de la mélasse : versé dans des formes coniques en terre (J. Pinté en compte une quinzaine), il cristallise au bout de quelques heures. Les 3 caisses à sucre mentionnées dans la saisie ont dû servir à stocker le sucre en fin de transformations. La présence de 4 roues à cabrouet « avec leurs bandes de fer » atteste du moyen de transport le plus utilisé pour amener la canne à sucre au mouin.

Dans la chaudière à eau de vie recensée dans la vinaigrerie  est distillé l’alcool de canne (tafia, rhum?) obtenu par la fermentation des déchets sucrés provenant de la fabrication du sucre. Selon l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, la « chaudière dont on se sert pour cette distillation, est un vaisseau de cuivre en rond, de la hauteur de deux piés & demi, & de deux piés de diametre ou environ, dont le haut se replie sur le dedans en talus montant... », laquelle est ici couverte d’un chapeau de cuivre. L’alcool est stocké dans des cuves et dans des jarres dites de Provence dont l’huissier prend acte.

L’investissement pour la création et le fonctionnement d’une sucrerie est donc considérable ; sa rentabilité liée aux aléas d’une production suffisante, d’une main d’œuvre abondante, et de la présence de navires régulières reste l’apanage des habitations les plus riches. Elles sont peu nombreuses dans la Guyane de cette première moitié du XVIIIe : 13 sont dénombrées en 1737.

L’habitation Saint-Pierre est une sucrerie de moyenne importance en 1737 : 300 quintaux de sucre blanc déclarés, pour lesquels ont travaillé 38 esclaves. Les 12 000 pieds de cacao plantés en 1736 sur l’habitation, culture que l’on retrouve sur les deux tiers des exploitations, reflète la diversité des cultures coloniales de ces années 1730. Elle a remplacé l’indigo et paraît prometteuse aux habitants car peu exigeante en investissements et en main d’oeuvre.

8 – L’habitation Beauséjour, sise sur la « Crique à Gras » (P. Gras, 5)

Ce n’est pas sans mal que Jean Pinté, huissier de justice, et sa petite troupe composée de soldats, d’esclaves et d’un habitant, le sieur Fabre, parviennent à l’habitation Beauséjour, une des trois habitations de Pierre Gras, située à quelques lieues de Cayenne. Partis à « deux heures de relevée dans un canot appartenant audit sieur Fabre avec 4 Nègres que nous a fournis Monsieur Delisle Adam pour nous transporter en l’habitation de Monsieur Pierre Gras, […] où nous sommes arrivés ce jourd’huy […] ayant couché ou séjourné dans une case de paille d’une autre habitation où il n’y avait personne, nous étant trompés de crique « …, ils ne sont à pied d’oeuvre que le lendemain dans la matinée. Jean Pinté procède à la saisie détaillée des biens composant l’habitation. L’ensemble des bâtiments, leur importance, leur architecture est précisée : maison de maître, dépendances, bâtiment d’exploitation.

Le plan est celui déjà observé sur d’autres habitations contemporaines, telles l’habitation jésuite de Loyola, ou encore celle du sieur Macayé dans les fonds de Rémire.

La maison de maître,  orientée est/ouest, comprend plusieurs pièces en enfilade, dont le « couloir » central, salle de réception pour le propriétaire des lieux, donnant à la fois sur les jardins à l’est, et sur la cour et les communs à l’ouest : espace de réception, mais aussi de surveillance et de contrôle pour le propriétaire des lieux. De part et d’autre, des chambres et un office. Une galerie enclot cet espace. Comme le précise, 20 ans plus tard, le chevalier de Préfontaine “ Toutes les maisons sont à peu près sur le même plan […]. En voici les proportions les plus ordinaires. Ce sont trois chambres de plain-pied : celle du milieu a 16 ou 18 pieds de long ; les deux des côtés ont 16 pieds, le tout offrant une surface de 48 à 50 pieds, non compris les galeries autour du bâtiment, qui sont à jour et qui doivent être au moins de 6 à 7 pieds de large ”. Cette disposition est celle, originelle, des manoirs du pays de Caux en Normandie, pour beaucoup construits également aux XVIe et XVIIe siècles, parfois remaniés au XVIII. Sans doute peut-on y voir l’influence de l’architecture de prestige de leur région d’origine sur les premiers colons, originaires des régions littorales de l’hexagone et particulièrement de la Normandie

Habitation Beauséjour

Habitation Beauséjour

Au-dessus de la chambre du maître, un galetas. D’où une hauteur plus élevée : 20 pieds de flèche, les dépendances s’élevant à 17 pieds.

Côté cour,  cuisine, magasins et chambres d’esclaves domestiques forment les dépendances de l’habitation.

Comme bâtiments d’exploitation, ne sont mentionnés qu’un poulailler et un colombier. Les terres de la concession sont utilisées pour l’élevage de bovins (ménagerie) et la culture du cacao qui demande peu de matériaux et d’outils.

Le recensement de 1737 crédite cette habitation de production de cacao et de café et d’une ménagerie d’une soixantaine de têtes de bétail. L’exploitation est assurée par 69 esclaves. Chiffres que l’on ne retrouve guère dans la minute de saisie : le cheptel est réduit des trois quarts, les esclaves ont disparu, les quelques 1200 pieds de cacao sont ce qu’il reste des quelques 30 000 pieds de 1737.

Si la crise du cacao autour de 1740 explique cette quasi disparition de la production, celle du cheptel comme celle des esclaves relève d’un principe de précaution de Pierre Gras : il a mis à l’abri ce qui constitue l’essentiel de sa richesse, le bétail, et surtout les esclaves, leur laissant toute latitude de disparaître dans les « grands bois ». Ce que relève Jean Pinté : « ayant plusieurs fois sommé et interpelé mondit sieur Gras en parlant à Lisette sa négresse ménagère de nous faire venir les nègres de l’habitation et négresses, négrillons et négrites et généralement tous les esclaves de ladite habitation, comme nous le sommons encore […] tout présentement parlant à cette ditte négresse de nous représenter incessamment lesdits esclaves  […] et n’ayant pu procéder à la saisie desdits esclaves ni prendre leurs noms et nombre d’iceux attendu qu’aucun d’iceux n’ont voulu paraître. Au contraire le nègre nommé Delinat, commandeur sur laditte habitation, ayant dit au nommé Maéton, nègre de notre équipage que leur maitre leur avait défendu de paraître qu’il ne fut de retour, et, de plus, le nègre nommé Antoine, frère dudit, aussi de notre équipage, nous a rapporté que lesdits nègres de mondit sieur Gras avaient charrié et emporté leurs bagages hors de leurs cases la nuit dernière, ce qui ne peut être présumé qu’à dessin de marronnage »

Bibliographie

– Y. Leroux, R. Auger, N. Cazelles, Les jésuites et l’esclavage : Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française, Presses de l’Université du Québec, 2009.

– Christophe Charlery, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ [En ligne], 5 | 2004. http://insitu.revues.org/2362

6 – Une maison, trois habitations, 119 esclaves… (P. Gras, 4)

Il faut huit  jours à Jean Pinté pour mener à terme la saisie des biens du commis de la compagnie des Indes. Le travail du scripteur est long et fastidieux :  » il est cinq heures du soir et nous n’avons pas encore travaillé à faire les copies », note l’huissier.

Le patrimoine de Pierre Gras est non seulement conséquent, mais éparpillé le long des cours d’eau et accessible uniquement en pirogue : les trois habitations dont il est propriétaire se trouvent à plusieurs du bourg de Cayenne, et nul guide ne leur en facilite l’approche. « S’étant trompés de criques », les quatre hommes trouvent un carbet de passage pour les abriter à la nuit tombée.

Près de deux journées sont nécessaires pour dresser l’inventaire du mobilier de la maison de Cayenne. Un premier acte de saisie est dressé « Et ai aussi laissé copie dudit arrêt [,,,] audit sieur Gras parlant à La Rouge, sa négresse, gardienne de son domicile que nous avons aussi saisie »

L’acte concernant l’habitation Beauséjour requiert également deux jours de travail. Il en est de même pour ses deux autres habitations, situées à proximité.

Pierre Gras ne facilite pas le travail de l’huissier. Ce dernier rentre à Cayenne sans avoir pu mener à bien la saisie des esclaves et des bêtes de l’habitation Beauséjour : le gouverneur, Gilbert d’Orvilliers, furieux, le contraint  à retourner sur l’habitation.

Le 12 juillet, soit deux semaines après le début de la saisie, Pinté se rend au domicile de Gras à Cayenne, déclare ses biens saisis et en particulier les esclaves de l’habitation Beauséjour. Le lendemain, le conseil supérieur, dont Pierre Gras était encore peu auparavant le doyen, enregistre l’acte.

Les biens saisis sont vendus en 1746, non sans quelques atermoiements : intrigues de Pierre Gras auprès des administrateurs, ou encore de Joseph Fabre, commissaire sequestre dans cette affaire et qui, ce faisant, pouvait faire travailler sur son habitation les esclaves de l’ancien commis de la compagnie des Indes.