21 – Entre cauchemar et rêve…

Entre cauchemar et rêve, entre déportation et espoir de liberté, le voyage transatlantique reflète pendant près de trois siècles (17e/19e) l’origine de ceux qui l’entreprennent. Pour le plus grand nombre, il s’agit d’une traversée brutale, contrainte, violente : la traite atlantique. A minima, les archives disponibles témoignent de 12.5 millions d’Africains déportés jusqu’à l’interdiction de la traite ; sur la même période, le nombre d’Européens traversant l’océan est estimé à quelques 2.5 millions. Pour la majorité de ceux qui sont entassés sur les navires, il s’agit de la traversée d’un Océan Noir, selon la formule de l’artiste William Wilson.

Cette traversée reflète deux chemins de vie contradictoires selon que l’on est Africain ou Européen : pour les premiers, Africains, c’est la servitude, la perte de ses origines, de son identité (le nom africain disparaît au profit d’un prénom chrétien) la violence et souvent la mort. De cette histoire là, de cette « traversée du milieu » peu ou pas de témoignages : les récits d’esclaves qui nous sont parvenus sont rares et concernent peu la réalité de la traite. De celle-ci nous ne connaissons pour l’essentiel que les relations rédigées par les capitaines de navires négriers.

Pour les seconds, Européens, migrants volontaires, c’est l’espoir, l’attente d’une vie plus libre, moins contrainte socialement que sur le vieux continent, c’est le rêve d’un enrichissement potentiel, de découvertes d’un monde nouveau, quasi mythique, alimenté par les récits des premiers arrivants et en particulier ceux des Jésuites publiés au tout début du XVIIIe siècle en Europe.

Et puis, il y a ceux, officiers et membres des équipages, dont l’océan est le mode de vie : la traversée n’est qu’une étape dans un voyage qui, à terme, se doit de les ramener à bon port, sains et saufs, du moins l’espèrent-ils. Ils furent des centaines de milliers, enrôlés sur les navires de la Marine du Roi, sur les négriers des compagnies de commerce à vivre la traversée atlantique. A la fin du XVIIIe siècle, les équipages de la Marine du Roi comptent 50 000 marins, ceux de la Marine marchande à peu près autant.

Les journaux de bord tenus par les capitaines constituent une trace précieuse du vécu de ces hommes. Si beaucoup d’entre eux ne sont que de simples documents administratifs, quelques-uns sont de véritables carnets de voyage, révélant l’intérêt, la curiosité, l’esprit d’aventure de leur scripteur : illustrations, descriptions, récits de rencontre, anecdotes de la vie quotidienne, reflètent ce temps rêvé et pourtant si concret dans les détails relatés.

Sources

William Wilson, L’océan Noir, Gallimard, 2009.

Ma véridique histoire.. Olaudah Equiano. Publié pour la première fois à Londres en 1789.

Jean Baptiste Du Halde, Lettres édifiantes et curieuses…, (34 vol.), Paris, 1703-1776.

16 – La traite atlantique vers la Guyane 1664-1829

page-0 Il s’agit d’ une esquisse de l’histoire de la Traite vers la Guyane présentée lors du colloque « Guyane Histoire et Mémoire : la Guyane française au temps de l’esclavage : discours, pratiques et représentations« , Cayenne, novembre 2010. Une première partie porte sur l’analyse du journal de bord d’une escadre qui entre 1695 et 1697 déporte plus de 150 esclaves vers la Guyane. A cette époque, la France essaie de s’affirmer en tant que puissance coloniale. Outre les données maritimes, ce manuscrit précise les luttes d’influences locales et les rencontres humaines lors du voyage, donnant ainsi un aperçu des différents enjeux de l’expédition.

http://www.manioc.org/recherch/T12001