5 – “Journal du voiage de Guinée et Cayenne, par le chevalier Des Marchais…” (Des Marchais, 1)

Ce journal de bord rédigé par Renaud des Marchais est conservé au département des manuscrits de la Bnf.   “Enrichy de plusieurs cartes et figures », il comprend 159 feuillets.

En 1730, le Père Labat, dominicain, fait paraître à Paris, chez l’éditeur Saugrain, un récit, inspiré de ce  journal de bord. D’autres sources que le journal de bord complètent, amendent, transforment le document initial.

C’est dire l’intérêt du manuscrit, au plus proche du quotidien, du vécu, de l’instantané. Rédigé par le capitaine du navire, il témoigne au jour le jour des événements, des personnes, des lieux sans construction narrative distanciée : il s’agit d’un journal, certes construit avec ses omissions et ses exagérations, mais témoin immédiat de la vie à bord, du devenir des passagers du navire (marins, esclaves…).

L’étude du manuscrit permet donc une approche plus précise et plus complète d’un voyage de traite vers la Guyane dans le premier quart du 18e siècle. Trois décennies après l’ expédition de traite de 1695, également documentée par un journal de bord détaillé, il permet de préciser les conditions de la traite vers la Guyane au 18e siècle.

Marie Polderman, “La traite atlantique vers la Guyane : 1664-1829, in Guyane, Histoire & Mémoire, Ibis Rouge Editions, 2011. Pp. 187-219.

http://www.manioc.org/recherch/T12001