1 – Pierre Gras ou l’itinéraire d’un Commis de la Compagnie des Indes (P. Gras, 1)

Ce mardi 25 juin 1743, un groupe d’hommes se hâte le long de la Grand Rue de Cayenne. Il est 7 heures du matin, le jour est déjà là. La journée promet d’être chaude, une journée de début de saison sèche. L’eau abonde, l’humidité est partout présente, les cours d’eau sont au maximum de leur étiage. Cependant à cette heure, l’air est encore frais… Il y a là Jean Pinté, huissier de justice, Gaimard et Duval, soldats, Albert et Gabert, habitants.

La petite troupe s’arrête devant le numéro 16, domicile du sieur Pierre Gras, membre éminent de la société coloniale guyanaise. Commis de la compagnie des Indes, il est également doyen du Conseil supérieur, instance judiciaire et administrative de la colonie. A ce double titre il est en lien tant avec le pouvoir économique qu’avec le pouvoir politique.

Pierre Gras est alors âgé de 61 ans. Depuis 1740, il porte le titre de doyen du conseil supérieur. Il est, selon le dernier dénombrement réalisé en 1737, un homme riche : propriétaire d’une maison à Cayenne, il est également le concessionnaire de deux habitations, qu’il exploite avec une centaine d’esclaves, ce qui le place parmi les dix habitants les plus aisés de la colonie. L’homme s’est attiré l’ire de quelques-uns de ses contemporains parmi les plus influents : Gilbert d’Orvilliers, gouverneur, Lefèvre d’Albon, commissaire ordonnateur, Villiers de l’Isle Adam, son adjoint, tant par sa fortune plus ou moins honnêtement acquise, que par son rôle au sein du conseil supérieur.

Lorsqu’il est question de Pierre Gras pour la première fois dans les fonds d’archive, il n’est qu’un modeste habitant exploitant avec quelques esclaves une habitation de survie fournissant mil et manioc. Nous sommes en 1711. 25 années plus tard, en 1737, il est propriétaire de trois habitations, sur lesquelles une centaine d’esclaves produit cacao, café, et sucre, cultures coloniales par excellence. D’où tient-il les apports nécessaires au développement de son patrimoine ? Comme doyen du Conseil supérieur, il est directement concerné par la gestion des successions vacantes, affaire rentable puisque les héritiers lointains ou trop jeunes peuvent difficilement réagir de façon efficace : il est ainsi impliqué dans la succession « La Motte Aigron », laquelle est considérable, dans le « leg Raudot ». C’est cette dernière affaire qui va causer sa perte. En effet, il ne s’agit de rien de moins que d’une habitation en société qui appartient outre le dénommé Raudot, également aux héritiers Forcades et surtout à Gilbert d’Orvilliers. Or, ce dernier, issu d’une lignée de gouverneurs de la colonie depuis trois générations, est, de par ses fonctions, le personnage principal de la colonie.

 L’huissier est mandaté par les autorités coloniales pour réaliser l’inventaire des biens du sieur Gras afin d’en effectuer la saisie justifiée, selon l’acte dressé, par une dette considérable s’élevant à près de 90 000 livres payables en marchandises et 1500 livres en argent comptant. C’est une somme colossale plus de dix ans du salaire d’un gouverneur, le fonctionnaire du roi le mieux payé dans la colonie. Il s’agit de saisir réellement “tous les biens, meubles et immeubles, effets mobiliers en quelques lieux qu’ils puissent se trouver appartenant audit sieur Gras“.

La porte est ouverte par une esclave domestique appelée La Rouge. Elle est en charge du bon fonctionnement de la maison et remet à Jean Pinté “la clef d’une armoire située dans le couloir de ladite maison”. La saisie peut commencer.