22 – Des Grands Bois au Parc amazonien (1) – Une question de sémantique

Un païs tout couvert de bois » , décrit Jacques-François Artur, nommé médecin du roi à Cayenne en 1736. Les premiers Européens qui, au XVIIe siècle, abordent le littoral du plateau guyanais, sont tout à la fois fascinés, effrayés et séduits par ces arbres immenses d’un milieu qui leur est parfaitement étranger. Les Grands Bois c’est le réel qu’ils découvrent à peine débarqués dans l’île de Cayenne, une forêt qu’ils perçoivent comme impénétrable, dont ils ne maîtrisent pas les codes et les usages et qui, de fait, rend caduque toute notion de frontière, de limite, de territoire sur lequel exercer un droit. Tout autre est le vécu des Amérindiens comme des Noirs-Marrons. De la forêt comme espace de vie depuis des millénaires à la forêt pratiquée en ce début du XXIe siècle, je propose une approche à travers traces et témoignages de ceux qui l’ont vécue et habitée, de ceux qui la vivent aujourd’hui.  Une approche sémantique et historique, anthropologique et juridique.

 Dire, nommer les Grands Bois, les origines

Danbwa , disent les Créoles, pour nommer la forêt de Guyane. Piébwa (racines), lapopiébwa, (écorce) suffisent à en définir l’existence, à donner l’idée de taille, de prégnance, de menace représentée par le paysage de l’intérieur guyanais.

Busi, ou udu  disent les populations bushi-nenge du fleuve Maroni dont la langue vernaculaire, le sranan tongo comporte des termes venus de l’anglais (bush), du néerlandais, du wayana.

Itu disent les Wayana du haut-Maroni, un terme générique dont découlent des expressions en lien avec le quotidien dans les Grands Bois : itumato (maître de la forêt), itetop (chemin qui mène au milieu de la forêt), itutak, itutau, itume etc. Il s’agit de la forêt d’usage. Un autre terme désigne la forêt dense, la forêt profonde, inconnue, non maîtrisée, jeket. La forêt est au cœur, au centre de la culture et de la vie quotidienne des communautés wayana. Les usages faits du bois se traduisent par une richesse sémantique et linguistique : talanne, bois de pirogue, paila, bois pour un arc, kehku,   utilisé, akhon, bois à brûler, mitpé, morceau de bois, tipima, bois coupé.

Bois et Grands Bois, disent les colons nouvellement arrivés , selon les termes en usage dans le royaume de France. Dénomination d’hier et d’aujourd’hui : la société Grands Bois est une entreprise d’exploitation forestière sise en l’île de Cayenne.

« Plusieurs des nouveaux colons furent frappés en arrivant à la vue des bois immenses qu’il leur fallait défricher », [Artur, 1750]. Les Grands Bois exercent une fascination sur ceux qui le découvrent, et le parcourent.  « Ces Grands Bois sont la terreur des habitants de Cayenne … le tombeau de tout Européen et même de tout créole, qui a la témérité de s’y enfoncer » [Dumonteil, 1820]. C’est une entité mythique, dangereuse, effrayante, un ogre dévorant. 

« [L’esclave] marrone au grand bois, il part au grand bois, il va au grand bois », note le greffier du tribunal de Cayenne . [ANOM, Moreau de Saint-Méry] « Partir au grand bois » dit la fuite de l’esclave, sa révolte et sa disparition, et souligne sa nouvelle appartenance. Les marrons sont réputés « du grand bois ». Quand il est fait référence au marronnage, le bois est toujours qualifié de grand. Quand il est question des villages marrons, lieu de vie des esclaves en fuite, il n’est plus que « bois », en opposition à l’habitation, lieu de vie de l’esclave.

Les « Grands Bois sans fin » [Artur, 1750], il faut les connaître et donc les arpenter. Il faut les contrôler ainsi que ceux qui les habitent (nations amérindiennes, villages marrons). Il faut les exploiter. Missionnaires (Jean Grillet, François Béchamel au XVIIe), soldats et officiers (Capperon, Chabrillan, Duchassis… au XVIIIe), explorateurs/aventuriers (Jules Crevaux, Henri Coudreau… au XIXe) vont parcourir le territoire, l’inventorier, le cartographier…  Les premiers colons vont le défricher, le maîtriser, implanter des habitations.

 Forêt, jungle, enfer vert, milieu équatorial

« Une forêt de dix lieues environs d’étendue presque toute de cacaoyers » rapporte le sergent La Haye en 1729 de retour d’une expédition sur l’Oyapock. Au XVIIIe siècle, le terme forêt renvoie à un biotope où poussent des arbres d’une seule espèce. Il s’agit donc d’une approche économique et scientifique qui se traduit par la réalisation d’un inventaire des espèces (qualité, usage) dès les premières décennies coloniales. Cet inventaire est réalisé en s’appuyant sur les connaissances amérindiennes, en relation avec les savoirs européens et africains. Ce que traduit la riche dénomination des arbres : ils portent des noms amérindiens (chawari, wapa…) métissés de termes bushinenge, parfois le nom d’un colon (bois de Ferrolles) ; une caractéristique descriptive (bois serpent, bois cathédrale, bois de rose) ou une référence à un arbre d’Europe (cèdre noir).

« Nous […] surprenions tous les secrets de la jungle : la goinfrerie du tapir qui, sitôt réveillé, se mettait à avaler des fourmis », écrit Albert Londres en 1928 dans L’Homme qui s’évada . Utilisé par les Anglais en Inde pour nommer les forêts du sous-continent, le mot jungle vient du sanscrit (jaṅgala, espace naturel sauvage). En Guyane il est d’un usage relativement récent et traduit une approche qui n’est pas sans rappeler celle de « grand bois ». Parfum d’aventure, le mot jungle est utilisé pour promouvoir le tourisme d’aventure (ainsi « Jungle by night » à Papaïchton propose une découverte de la flore et de la faune amazoniennes).

L’expression enfer vert apparaît au 19e siècle. Michel Bertrand dans sa contribution Du rêve doré à l’enfer vert : l’invention contemporaine de l’espace amazonien[1] l’attribue à Jules Crevaux, explorateur et médecin militaire qui, entre 1877 et 1882, parcourut le territoire, remontant les fleuves : sa mission de colonisateur tout autant que découvreur se retrouve dans le récit qu’il en publia en 1879[2].  Elle comporte une forte connotation coloniale et justifie ce faisant une histoire de peuplement et de mise en valeur tentés sur le territoire depuis le 18e siècle. La Guyane fut le lieu de l’esclavage pendant 150 ans (25 000 Africains déportés), celui du bagne pendant un siècle (70 000 condamnés « transportés »), celui de multiples projets de peuplement et de développement économique dont l’un des plus ancien, l’expédition de Kourou en 1763, entraîna la mort de milliers de colons potentiels.

Pour les autorités contemporaines, il s’agit d’un milieu forestier équatorial, terme d’une neutralité quasi scientifique concernant un environnement qui reste perçu comme inhospitalier, et ce faisant parfaitement adéquat pour l’entraînement des soldats. L’armée française a installé depuis 1987 dans le département un Centre d’entraînement en forêt équatoriale (CEFE) où sont organisé des stages de survie, le dernier en octobre 2022. Cette variabilité sémantique traduit une approche historicisée de la forêt et s’inscrit dans une compréhension coloniale du temps et de l’espace guyanais.

 

 



Citer ce billet
Marie Polderman (2018, 4 janvier). 22 – Des Grands Bois au Parc amazonien (1) – Une question de sémantique. Vivre, survivre ? en Guyane au 18e siècle. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vodd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.