6 – Une maison, trois habitations, 119 esclaves… (P. Gras, 4)

Il faut huit  jours à Jean Pinté pour mener à terme la saisie des biens du commis de la compagnie des Indes. Le travail du scripteur est long et fastidieux : ” il est cinq heures du soir et nous n’avons pas encore travaillé à faire les copies », note l’huissier.

Le patrimoine de Pierre Gras est non seulement conséquent, mais éparpillé le long des cours d’eau et accessible uniquement en pirogue : les trois habitations dont il est propriétaire se trouvent à plusieurs du bourg de Cayenne, et nul guide ne leur en facilite l’approche. « S’étant trompés de criques », les quatre hommes trouvent un carbet de passage pour les abriter à la nuit tombée.

Près de deux journées sont nécessaires pour dresser l’inventaire du mobilier de la maison de Cayenne. Un premier acte de saisie est dressé « Et ai aussi laissé copie dudit arrêt [,,,] audit sieur Gras parlant à La Rouge, sa négresse, gardienne de son domicile que nous avons aussi saisie »

L’acte concernant l’habitation Beauséjour requiert également deux jours de travail. Il en est de même pour ses deux autres habitations, situées à proximité.

Pierre Gras ne facilite pas le travail de l’huissier. Ce dernier rentre à Cayenne sans avoir pu mener à bien la saisie des esclaves et des bêtes de l’habitation Beauséjour : le gouverneur, Gilbert d’Orvilliers, furieux, le contraint  à retourner sur l’habitation.

Le 12 juillet, soit deux semaines après le début de la saisie, Pinté se rend au domicile de Gras à Cayenne, déclare ses biens saisis et en particulier les esclaves de l’habitation Beauséjour. Le lendemain, le conseil supérieur, dont Pierre Gras était encore peu auparavant le doyen, enregistre l’acte.

Les biens saisis sont vendus en 1746, non sans quelques atermoiements : intrigues de Pierre Gras auprès des administrateurs, ou encore de Joseph Fabre, commissaire sequestre dans cette affaire et qui, ce faisant, pouvait faire travailler sur son habitation les esclaves de l’ancien commis de la compagnie des Indes.