25 – Des Grands Bois au Parc amazonien (4) – Propriété de la terre, gestion du foncier

Une sensibilité écologique ancienne

Si les autorités coloniales du XVIIIe siècle ont mal appréhendé le territoire et n’ont pas su mettre en place des modalités d’exploitation agricole adaptées, ils ont cependant réalisé rapidement la nécessité de préserver la forêt. Il en allait de l’intérêt bien compris de la colonie.

En 1712, l’ordonnateur d’Albon « aurait convenu d’accorder d’assez grandes (concessions) pour qu’on put obliger à en laisser une partie en Grands Bois. Faute de cette attention le bois de charpente et le bardeau dont on couvre les maisons sont devenus rares à Cayenne ».

Cinquante ans plus tard, les administrateurs Malouet et Fiedmont promulguent un règlement sur l’octroi de concessions, dans lequel ils ordonnent que : « La dévastation qui a été faitte des bois de la Guianne ne pouvant être trop tôt réparée, … chaque habitant (doit) planter ou semer dans lesdits abatis une certaine quantité de bois de construction telle que bagasse, grignon, cèdre …suivant l’espèce desdits bois qui sera trouvée naturelle à sa terre ».

Forêt de Guyane et Parc amazonien, des intérêts complexes

Pensé en 1992, créé en 2007, le parc amazonien fut bien difficile à mettre en place tant les intérêts et les enjeux à prendre en compte se sont révélés complexes. L’aire du parc couvre un tiers du domaine forestier au centre et dans le sud du département. Le Parc se veut un outil de protection de l’environnement et de développement et d’accompagnement des populations. La forêt reste le lieu des activités traditionnelles (abattis, chasse, orpaillage). C’est aussi le lieu par excellence de la recherche scientifique (BRGM, ORSTOM, CNRS etc.). Si l’écotourisme est encouragé, il reste encore très familial.

L’orpaillage illégal au sein du parc représente une difficulté majeure pour le parc et ses salariés : ainsi à Camopi, en 2016, des menaces de mort ont été proférés contre des salariés du parc, par une famille du village, très liée aux intérêts économiques de l’orpaillage.

A la fin du XIXe siècle, une première ruée vers l’or attire en Guyane des milliers d’orpailleurs. Depuis le début des années 80, une seconde ruée vers l’or amène sur le territoire des milliers (6 à 8 000 actuellement) d’orpailleurs clandestins venus du Surinam et du Brésil sur quelques centaines de sites, pour beaucoup situés dans le Parc amazonien. Actuellement, l’orpaillage est en grande partie illégal : la production déclarée oscille entre 1 et 2 tonnes, la production illégale est estimée de 10 à 12 tonnes [WWF, 2017].

Outre les problèmes environnementaux liés à l’usage du mercure et à la chasse intensive menée par les orpailleurs pour améliorer leur quotidien, l’orpaillage entraîne des problèmes sanitaires, une violence (qui met le département en tête de tout le territoire français pour le taux d’homicides) récurrente sur les bassins du Maroni, de la Mana, de l’Oyapock, sans parler de la mise à mal des communautés amérindiennes et Alukus.

« Les territoires Wayanas menacés », titre « Info-Guyane » en septembre dernier. « En pays Wayana, sur le haut Maroni, les convois de 4 à 5 pirogues, remplies de fûts de carburant, de matériel et de vivres sont de plus en plus fréquents. Les garimpeiros travaillent essentiellement en territoire Guyanais mais leurs bases arrière (chargées du stockage du carburant et des vivres) situées, il y a encore quelques mois, en face de Maripasoula sont maintenant en plein cœur des territoires amérindiens à quelques minutes en pirogue des villages Wayanas. Le tout dernier commerçant chinois à s’être installé est placé devant le village de Twenké, juste en face de la demeure du Gran Man Aïmapoti, le chef coutumier de la communauté ». [J. Helgouach, 2017]

 L’Etat multiplie les interventions contre les sites illégaux. En 2016, près de 750 opérations de démantèlement ont été menées. Mais, à l’instar des Marrons fuyant l’esclavage il y a trois siècles, les orpailleurs se cachent dans les Grands Bois. Comme les soldats du roi au XVIIIe siècle, gendarmes et légionnaires saisissent et détruisent le matériel et les sites d’exploitation.

L’orpaillage légal pose également des problèmes environnementaux. La pollution des fleuves impacte la santé de ses habitants.

Propriété de la terre, un enjeu d’actualité

90% du territoire, dont une grande part en zone forestière dans les communes de l’intérieur, appartiennent à l’état qui en concède partie à des personnes ou à des communautés d’usage (Zones de Droits d’Usage Collectifs). Ces dernières sont concédées aux communautés d’habitants (Amérindiens et de Noirs-Marrons) qui vivent des ressources qu’elles tirent traditionnellement de la forêt (abattis). Les ZDUC totalisent actuellement 670 000 hectares. Il s’agit d’usage des terres et non d’appropriation, une nuance juridique qui n’est pas comprise par tous. Dans certaines communautés, on considère que lorsqu’une famille défriche une parcelle jamais cultivée auparavant, elle en détient une sorte de droit de propriété.

L’une des revendications des Guyanais lors des mouvements sociaux du printemps 2017 concerne cette question de la propriété de la terre . Sur ce point l’Etat s’est engagé à « à céder gratuitement 250.000 hectares de foncier (domaine privé de l’Etat) à la Collectivité Territoriale Guyanaise et aux communes de Guyane, et 400.000 hectares aux peuples autochtones et businenges. Il a également obtenu que la question sur la « rétrocession totale » des terres soit discutée lors des prochains états généraux de la Guyane » [La Voix du Nord, avril 2017].

L’occupation illégale concerne tout autant l’espace forestier (orpaillage) que le littoral (afflux de plusieurs milliers de Saramakas dans les années 80 lors de la guerre civile au Surinam).

Pour conclure…

La forêt de Guyane aujourd’hui, est une réalité multiple, un territoire « sans borne », où l’état de droit a du mal à s’imposer, où se croisent des mondes culturels et socio-économiques métissés. Cette forêt constitue un écosystème rare et d’une grande diversité, lieu de recherches scientifiques pour une vingtaine de laboratoires tels que l’INRAP, l’IRD, le BRGM, l’ORSTOM, le CNRS, l’Institut Pasteur. C’est enfin, aujourd’hui comme hier, une terre d’exploration et d’aventure.

Les attentes des habitants du territoire forestier (environ 10% de la population du département) forment partie des enjeux contemporains d’occupation légale de la terre et de sa mise en valeur au travers d’une part du dynamisme du Parc amazonien et des activités induites comme celle de l’éco-tourisme, et, d’autre part, le contrôle efficient d’une exploitation aurifère encadrée.



Citer ce billet
Marie Polderman (2018, 26 janvier). 25 – Des Grands Bois au Parc amazonien (4) – Propriété de la terre, gestion du foncier. Vivre, survivre ? en Guyane au 18e siècle. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/voln

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.