26 – Sons, rythmes et musiques en Guyane au 18e siècle (1) – Espaces et temporalités

Les communautés en Guyane française au 18e siècle, une grande diversité, un territoire sans limites, une temporalité de l’éphémère

Parler de la musique dans le territoire de la Guyane française du 18e siècle implique d’en étudier les différentes communautés vivant alors sur ce territoire, à travers les ressources (éparses et rares) dont dispose le chercheur. Quelles sont ces communautés et quelles traces ont-elles laissées dans le domaine musical ? Sujet riche et complexe, la musique apparaît comme un marqueur tant de la diversité des communautés en Guyane au XVIIIe siècle que des interactions qui les parcourent dans le contexte colonial.

L’espace amérindien de la Guyane avant la Révolution

Depuis le littoral atlantique jusqu’aux reliefs des Tumuc Humac à quelques 300 kms au sud, les populations autochtones ont la maitrise du territoire, le parcourant sans cesse. Elles forment des communautés hétérogènes. Leur population est estimée à 13 000 individus au 18e siècle. Environ 1300 “connus et fréquentés” Dispersés sur l’ensemble du territoire, au 18e siècle, ils sont en voie d’affaiblissement démographique sur le littoral. Décimées par les colonisateurs, ces communautés sont traversées par des migrations permanentes. Dans la seconde moitié du 18e siècle, partie de celles du littoral s’enfonce dans les grands bois vers le sud. Après 1750, les missions jésuites où ils étaient regroupés sur le littoral et le fleuve Oyapok disparaissent. Vers la même période, venus du sud (Brésil Portugais) Wayampis et Wayanas s’installent progressivement vers les sources de l’Oyapok et du Maroni.

L’espace colonial guyanais

Si, à compter de 1676, le territoire est devenu français, son existence coloniale est encore bien modeste. L’occupation coloniale concerne la region de Cayenne au 17e siècle avant de s’étendre, tout au long du 18e siècle, le long du littoral vers l’Oyapock (rontière de la colonie brésilienne du Para) et vers le Maroni (frontière de la colonie hollandaise du Surinam). Il s’agit d’un espace restreint, d’un espace contraint par le relief et le couvert forestier amazonien. Vers 1750, les administrateurs recensent quelques 200 habitations dont la moitié réellement productive sur lesquelles vivent quelques centaines de colons (ils sont1300 en 1788).

Cayenne, lieu de traite et d’esclavage

Sur ces plantations sont contraints plusieurs milliers d’esclaves (6000 vers 1750, 10 000 environ en 1789). Le premier navire négrier arrive à Cayenne en 1652, le dernier est documenté en 1829. Environ 20 000 déportés africains sont débarqués à Cayenne entre ces deux dates. Sur les habitations se retrouvent et se nouent des proximités musicales entre les esclaves originaires du Congo, du Bénin, de Gambie etc.

Les territoires “Marrons”

Dès les origines de la traite vers la Guyane, les Marrons de Cayenne fuient dans les grands bois. Ils arpentent au sud de Cayenne, un vaste territoire difficile d’accès où ils installent des villages plus ou moins éphémères. Entre 1740 et 1757, ils sont environ 130 documentés en permanence, probablement plusieurs milliers avec la première abolition en 1794. Ils forment des micro communautés à la périphérie du territoire colonisé, toujours à la limite de la survie mais qui n’ont jamais totalement disparu (le lieu-dit Complot est documenté dans les archives judiciaires de la colonie en 1752 et en 1808)

Les communautés marronnes du Maroni se constituent à la même période. Des esclaves fuyant les habitations hollandaises du Surinam occupent progressivement le bassin du Maroni jusqu’à Maripasoula. Njukas, Paramakas, Alukus construisent, à partir de 1750, des villages sur les deux rives du fleuve, signent des traités avec les gouvernements de Paramaribo puis de Cayenne.

L’agitation coloniale après 1760

Dans la deuxième moitié du 18e siècle, les autorités coloniales ne sont plus dans l’exploration du territoire comme dans les premières décennies de la présence française mais dans la gestion de l’espace colonisé. Cette période est marquée par une effervescence permanente et l’arrivée de plusieurs milliers de colons.

En 1763, plus de 10 000 migrants arrivent en Guyane ; à peine 20% d’entre eux sont encore là en 1765. 60 % sont décédés, un millier est rapatrié en Europe. Ces migrants viennent de France, d’Allemagne, de Nouvelle France (Acadie) alors qu’à cette même date la colonie compte à peine 700 cents habitants. Pendant la Révolution, la Convention déporte en Guyane 328 « opposants », députés, prêtres réfractaires, journalistes. Entre 1809 et 1817, les Portugais occupent la colonie.

    Paysage sonore et instrumental de la Guyane au 18e siècle

    Territoire aux frontières incertaines, lieu de rencontres violentes, de choc épidémique, de conflits armés, la Guyane est alors aussi un espace où se croisent, s’approchent, se frôlent et se mélangent des communautés et des cultures hétérogènes qui véhiculent une langue, une culture, des habitus qui leur sont propres, mais qui néanmoins constituent l’enracinement de la société coloniale en gestation.

    La musique dans ce contexte culturel est marquée par une grande diversité des origines : musique coloniale sur le territoire contrôlé par les autorités, musique des communautés d’un vaste territoire ignoré. Est-ce à dire qu’il y a partage, influence ? Ou encore s’agit-il de mondes cloisonnés car si peu en contact ?

    En partage, le lieu de vie des Guyanais de ce temps. Il s’agit d’un environnement équatorial où prédomine la forêt, les cours d’eau et l’océan (le territoire n’est quasiment pas urbanisé : quelques centaines d’habitants à Cayenne en 1789). C’est aussi un territoire colonial isolé, à la périphérie des grandes routes maritimes.