23 – Des Grands Bois au Parc amazonien (2) – Limites et frontières

Déterminer le cadre

Les frontières qu’elles soient déterminées par la topographie ou par l’histoire furent longtemps approximatives.

Au nord, un littoral en constante redéfinition, les « terres basses », est constitué d’une étroite zone de savanes et de marais. En 2010, des chercheurs de l’Institut de Recherche pour le Développement  (IRD) ont constaté « une avancée de 30 km² de la mangrove. Des bancs de vase de 10 à 60 kilomètres de long sur 20 à 30 km de large… se déplacent le long des côtes guyanaises à une vitesse comprise entre un et plus de 5 km par an » [Laurent Marot, Le Monde, février 2010].

Le massif forestier (90 % du territoire) est bordé à l’est par l’Oyapock et à l’ouest par le Maroni. Ces limites ont longtemps fait l’objet de contestés avec les colonies limitrophes d’autant que, après 1850, la découverte de mines d’or attire plusieurs milliers d’orpailleurs tant Français que Brésiliens et Hollandais.

Les Monts Tumuc-Humac bornent le territoire au sud, marquant la limite entre la Guyane française de l’état d’Amapá au Brésil. Il s’agit d’une zone isolée, difficilement accessible. En juin 2015, une expédition comptant des scientifiques, des militaires et des guides amérindiens a parcouru à pied les 320 kilomètres de frontière marqués par sept bornes le long des Tumuc Humac. Il s’agissait de réaliser une reconnaissance pédestre de cet espace avec pour objectifs l’observation scientifique et l’inventaire des espèces pour les uns, le repérage des activités humaines dans le secteur, pour les autres.

Parcourir les Grands bois

Des layons sans cesse retracés ont permis et permettent encore de se déplacer dans les communes de l’intérieur. Les Amérindiens, connaissent et maîtrisent itinéraires et déplacements sur des layons dont ils sont les maîtres d’œuvre depuis des millénaires. Leur expertise du milieu équatorial est utilisée par les autorités coloniales pour toute expédition. Cette expertise est partagée, dès les premières décennies coloniales, avec les esclaves.

« La capture qui a été faitte le mois dernier d’un nègre marron dans le Grand bois est ce qui pouvoit arriver de plus advantageux pour fixer les démarches nécessaires pour les détruire. Ce […] Louis dit Guyalo … étant bon pratique du bois […] Il est certain que sans guide, il n’y a presque point d’espérance de surprendre ces nègres. [Cet esclave] assure que ce n’est que la grande pratique qui le met dans la possibilité de se retrouver, ayant ny chemin, ny trace, ny marque pour indiquer les routes… Il a parlé avec d’autant plus de sincérité que nous avions recommandé de luy donner lieu d’espérer la vie saulve s’il indiquoit vray les routtes ». [Tribunal de Cayenne,1752)]

Les modalités de déplacement respectent des usages éprouvés, ancestraux. « Les [déplacements le long des cours d’eau se font] de carbet en carbet avec de nouveaux guides ». Les journées de marche sont longues : « Ils se mirent en marche à six heures du mattin et s’arrêtèrent à cinq heures du soir après avoir fait cinq lieues dans le bois. Taïpa les guidait. Il marchait devant couppant de temps en temps des branches d’arbres pour marquer le chemin. Un autre Indien qui le suivait, armé d’une serpe, l’ouvrait un peu ». [Artur, 1750]. La vitesse moyenne des déplacements en forêt est de 2 km/h. Le tracé du layon est approximatif, souvent encombré d’arbres tombés, la moindre pluie le transforme en chemin de boue, et fait d’un mince filet d’eau, une crique déjà respectable. On se déplace dans la semi obscurité des grands arbres, en aveugle. Le terrain est loin d’être plat, mais de nulle part on ne peut voir sa direction, tant la forêt est omniprésente.

La navigation sur les cours d’eau requiert également des compétences, qui vont de la construction et de la manœuvre des pirogues, à la connaissance des fleuves et la variation importante de leurs étiages selon la saison ou selon les marées sur les fleuves, de l’embouchure jusqu’aux premiers sauts (formés de barres de rochers sur lesquels il faut « haller et pousser » les « canots »).

Au-delà de l’orientation et de la sauvegarde en milieu tout à la fois méconnu et perçu comme hostile, il s’agit aussi de survivre. Impossible aux Européens de se repérer, de se déplacer, mais également de se nourrir. Jacques François Artur, médecin en Guyane au 18e siècle, témoigne dans son Histoire de la Guyane d’une organisation qui perdure encore aujourd’hui dans le sud du département. Les guides se chargent de l’hébergement et la nourriture. Officiers comme missionnaires dorment chez des familles en carbets ou dans des abris plus sommaires, les ajoupas, construits rapidement en fin de journée. Ils consomment les produits de la chasse, de la pêche, ainsi que la cassave et le couac.

De nos jours, routes, pistes, chemins sont également rares. Deux nationales parcourent le département. La N2 donne un accès récent (années 2000) au fleuve Oyapock, traversant quelques 180 kilomètres d’une zone accidentée et couverte de bois. Les voies d’eau furent, sont encore, la principale voie d’accès vers l’intérieur du massif forestier. Le Transport fluvial par pirogue se décline en pirogues de charge, pirogue de transport de passagers (transport de proximité, transport scolaire…).

Les voies terrestres de l’intérieur restent peu développées : rayonnant autour des bourgs de l’intérieur (la piste entre Maripasoula et Papaïchton par exemple), St Georges, de Régina, de Grand Santi. L’accès aux pays frontaliers passe par la traversée de fleuves qui se fait presqu’exclusivement en pirogue  . Sur le littoral, le ferry reliant le Maroni au Surinam ne compte que huit places pour les véhicules, une donnée inchangée depuis cinquante ans. Le pont construit à grands frais, inauguré en 2016, permettant l’accès au Brésil, n’est pas ouvert en permanence.   

Le transport aérien reliant le littoral aux communes de l’intérieur reste bien modeste. Quatre aérodromes desservent les communes accessibles uniquement par de petits bimoteurs de 15 places : Saül, Maripasoula, Papaïchton, Camopi…

Pour le marcheur la forêt reste difficile d’accès. Certes les techniques contemporaines de repérages (téléphone radio satellitaire) permettent de se déplacer de façon plus sécure. Mais leur coût cède le pas à l’expertise humaine.

Et pourtant, les recherches archéologiques menées depuis plusieurs décennies attestent d’un lieu parcouru, fréquenté, habité bien avant l’arrivée des européens…