En passant

Ce carnet de recherches concerne l’histoire coloniale de  la Guyane française sous l’Ancien Régime depuis 1676, début de l’installation pérenne des Français (exception faite du bref épisode portugais au début du 19e siècle), jusqu’en 1763 (date de l’expédition de Kourou).

– Actualité des sources archivistiques et archéologiques (veille)
– Populations pionnières et métissages
– Territoires et frontières
– Récits de vie et portraits

 

21 – Entre cauchemar et rêve…

Entre cauchemar et rêve, entre déportation et espoir de liberté, le voyage transatlantique reflète pendant près de trois siècles (17e/19e) l’origine de ceux qui l’entreprennent. Pour le plus grand nombre, il s’agit d’une traversée brutale, contrainte, violente : la traite atlantique. A minima, les archives disponibles témoignent de 12.5 millions d’Africains déportés jusqu’à l’interdiction de la traite ; sur la même période, le nombre d’Européens traversant l’océan est estimé à quelques 2.5 millions. Pour la majorité de ceux qui sont entassés sur les navires, il s’agit de la traversée d’un Océan Noir, selon la formule de l’artiste William Wilson.

Cette traversée reflète deux chemins de vie contradictoires selon que l’on est Africain ou Européen : pour les premiers, Africains, c’est la servitude, la perte de ses origines, de son identité (le nom africain disparaît au profit d’un prénom chrétien) la violence et souvent la mort. De cette histoire là, de cette « traversée du milieu » peu ou pas de témoignages : les récits d’esclaves qui nous sont parvenus sont rares et concernent peu la réalité de la traite. De celle-ci nous ne connaissons pour l’essentiel que les relations rédigées par les capitaines de navires négriers.

Pour les seconds, Européens, migrants volontaires, c’est l’espoir, l’attente d’une vie plus libre, moins contrainte socialement que sur le vieux continent, c’est le rêve d’un enrichissement potentiel, de découvertes d’un monde nouveau, quasi mythique, alimenté par les récits des premiers arrivants et en particulier ceux des Jésuites publiés au tout début du XVIIIe siècle en Europe.

Et puis, il y a ceux, officiers et membres des équipages, dont l’océan est le mode de vie : la traversée n’est qu’une étape dans un voyage qui, à terme, se doit de les ramener à bon port, sains et saufs, du moins l’espèrent-ils. Ils furent des centaines de milliers, enrôlés sur les navires de la Marine du Roi, sur les négriers des compagnies de commerce à vivre la traversée atlantique. A la fin du XVIIIe siècle, les équipages de la Marine du Roi comptent 50 000 marins, ceux de la Marine marchande à peu près autant.

Les journaux de bord tenus par les capitaines constituent une trace précieuse du vécu de ces hommes. Si beaucoup d’entre eux ne sont que de simples documents administratifs, quelques-uns sont de véritables carnets de voyage, révélant l’intérêt, la curiosité, l’esprit d’aventure de leur scripteur : illustrations, descriptions, récits de rencontre, anecdotes de la vie quotidienne, reflètent ce temps rêvé et pourtant si concret dans les détails relatés.

Sources

William Wilson, L’océan Noir, Gallimard, 2009.

Ma véridique histoire.. Olaudah Equiano. Publié pour la première fois à Londres en 1789.

Jean Baptiste Du Halde, Lettres édifiantes et curieuses…, (34 vol.), Paris, 1703-1776.

20 – La traite des Amérindiens au début du XVIIIe siècle selon JF Artur

 – Réduction en esclavage des derniers Amérindiens de l’île de Cayenne

 En 1704, « [Quelques habitants] se transportèrent tout de suitte au Courbaril, lieu situé dans l’isle, sur la rivière d’Ouya, un peu au-dessus de l’embouchure de la rivière de Cabassou. Là, sans mettre seulement pied à terre, ils firent dire aux Indiens que monsieur le gouverneur les mandoit tous à Rémire. Tous ceux qui se trouvoient dans l’habitation s’embarquèrent aussitôt dans le canot des François ; mais arrivés à Remire, ils se virent tous liés, garottés et enfermés. Le capitaine, lié et garotté comme les autres, fut enfermé séparément dans une chambre particulière où L… G… alla bientôt après luy casser la tête d’un coup de fusil. Les femmes et les enfants étaient aussy bons à vendre que leurs maris et leurs pères : on voulut aussy les avoir. Les mêmes blancs retournèrent leur dire que madame la gouvernante les voulait voir avec leurs enfants. Elles ne firent pas plus de difficultés que les Indiens et furent traittées de même à cela près que on n’en tua aucunne. Il fallait encore avoir les Arouas de Roura. On y envoya et on arresta tous ceux qu’on put saisir. Leur capitaine, nommé Vingt Sols, qui était baptisé, fut du nombre. On voulut d’abord s’en défaire en l’étranglant ; mais, pour le plus court, on luy tira trois coups de fusil à bout portant. On emmena les autres à Remire, hommes, femmes et enfants. De là, ils furent quelques jours après conduits à la ville au nombre de vingt ou vingt-cinq et vendus à l’encan».

 En 1705, traite d’Amérindiens du territoire contesté franco-portugais.

 « [Le]nommé Pinaut qui était parti l’année précédente à la tête de quelques autres François […]rencontra d’abord un canot qui portait huit Indiens portugais. Il prit ce canot et mit les Indiens aux fers. Quelques mois après, ces Indiens étant à terre, trouvèrent moyen de se débarrasser de leurs fers, se jettèrent sur les François, en tuèrent un et en blessèrent quelques autres. On les réduisit néanmoins pour la pluspart. Pinaut traitta ensuitte jusqu’à quarante esclaves qu’il amenait à Cayenne ».

– Travail forcé

 En 1727, les autorités coloniales incitent les soldats en garnison à Oyapock à s’établir comme habitants. Beaucoup épousent des Indiennes, raconte Artur, qui précise : « On ne leur donna d’autres secours que quelque traitte avec laquelle ils se procuraient celuy des Indiens du voisinage que le commandant leur permettait d’aller engager dans leurs bourgades, à la charge de les renvoyer chez eux au bout d’un certain temps, en les remplaçant par d’autres. C’est principalement ce qui a presque détruit ou fait éloigner dans les terres les Indiens de cette rivière ».

Source

Jacques François Artur, Histoire des colonies françoises de la Guianne, Ibis Rouge Editions, 2002.

19 – Traiteur, habitant, colon…

La traite constitue l’activité première des Européens qui abordent le littoral guyanais à l’extrême fin du XVIe siècle. Il s’agit d’une activité de survie, éphémère, entre Amérindiens nomades et Européens aventuriers. Les premiers fournissent aux seconds « vivres » (poisson, manioc, tubercules), tabac, hamacs, pirogues. Ils sont éventuellement guides plus ou moins contraints à travers la vastitude de la forêt et des fleuves amazoniens. Les seconds apportent les outils de métal si convoités, les armes, et … l’alcool.

Sont qualifiés de traiteurs les «  habitants allant à la traite et sans habitation », (dénombrement de 1685)1. Statut aux contours flous, l’état de traiteur caractérise dans les premières décennies de la période coloniale un aventurier plus ou moins de passage et dont l’installation dans la colonie est rarement pérenne. Est traiteur en effet celui qui n’est pas habitant, qui n’a pas obtenu/demandé une concession aux autorités administratives, qui ne dispose pas de moyens suffisants pour acquérir les esclaves nécessaires à la mise en valeur d’une terre. Il s’agit d’une population nomade, qui ne s’installe pas, si tant est qu’elle survive aux difficiles conditions de la traite, et dont le nombre, voire l’identité échappe pour partie aux administrateurs.

On les retrouve dans la correspondance officielle de la colonie et les écrits des contemporains. Dans son Histoire de la Guyane, Jacques François Artur, médecin de la colonie, mentionne leur existence essentiellement avant 1730.

Selon le recensement de 1685 (le premier dans la colonie dorénavant stable2), un colon sur trois (soit 47 individus) est attesté comme traiteur. Il s’agit d’hommes jeunes (les trois quarts ont 30 ans et moins), le plus souvent célibataires (9 d’entre eux seulement sont déclarés mariés). Certains occupent un emploi dans l’administration coloniale : commis, chirurgien, notaire.

Les recensements suivants ne font plus état de ce statut devenu marginal dans la population, qui progressivement s’installe et crée des habitations.

Que sont devenus ces traiteurs recensés en 1685 ? Ils sont peu nombreux à faire souche dans la colonie comme en témoignent les recensements suivants3. Seuls ceux dont l’activité de traite est un complément à une fonction coloniale stable semblent s’installer durablement : ainsi le sieur Barguenon, simple traiteur en 1685, documenté en 1711 comme propriétaire d’une sucrerie sur laquelle travaille 59 esclaves. Commis des trésoriers de la marine, il a probablement bénéficié d’avantages liés à sa fonction. 

Avec l’installation durable d’habitations, le commerce avec les Amérindiens perd de son intérêt, même si, jusqu’au début du XVIIIe siècle la fréquente pénurie de farine (de blé) pour la garnison de Cayenne incite les autorités à recourir aux Amérindiens pour la fourniture de cassave (galette de farine de manioc).

Le recours à leur force de travail plus ou moins contraint, voire leur réduction en esclavage devient fréquent dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Le besoin de main d’œuvre et l’occupation progressive du territoire amérindien par des habitations entraînent la quasi disparition des nations amérindiennes du paysage colonial du littoral (mortalité, fuite, métissage) après 1730. Seuls ou presque demeurent les Amérindiens réduits en esclavage sur les habitations : ils forment 1% des esclaves en 1737.

 1Arch. nat., CAOM, sous-série C14.

 2Ce territoire s’inscrit définitivement dans la mouvance coloniale de la France à partir de 1676.

 3Une occurence dans le recensement de 1737. Il s’agit de françois laquay, 30 ans, habitant « près de Cayenne » , marié à Marotte une femme métisse. Et sans habitation.

18 – Coureur des bois

Ce terme est parfois utilisé par les autorités administratives. Il désigne plutôt des aventuriers venus de la colonie portugaise voisine, dont l’activité sur le territoire contesté entre Oyapock et Amazone perdure tout au long du XVIIIe siècle.

« Je ne puis me dispenser [écrit un administrateur de la colonie au gouverneur de Para en 1755] de vous porter les plaintes contre des coureurs portugais qui presque tous les ans font des incursions chez les Indiens de la frontière […], enlèvent, pillent et brûlent leurs établissements ».

17 – Créole ou «natif de cette isle»

 « J’ay reçu le consentement mutuel de mariage de Anselme Burvant, dit Bourguigon et de Marie Véronique legal, créole de cette isle“. Le terme créole apparaît dans les registres au tout début du XVIIIe siècle, avec la première génération née sur le territoire après l’installation durable des Européens.  Ce terme regroupe dans un même ensemble le blanc habitant ; le „Nègre“ affranchi ; le métis.

En 1702, le curé de la paroisse Saint-Sauveur de Cayenne déclare avoir reçu  « le consentement mutuel de mariage de Charles Martin, natif de Brouage en Saintonge … et de Charlotte, libre créole de cette isle, fille de Jean Marcheterre et de Marianne, ses père et mère“. Il fait état d’une affirmation identitaire : être né au sein d’un même espace confère une identité commune, au-delà de la diversité des origines.

 Cette identité nouvelle va bien au-delà d’une communauté géographique partagée. Elle se construit selon un processus qualifié par Edouard Glissant de créolisation « un métissage d’arts ou de langages qui produit de l’inattendu […] la colonisation de tous par tous[1].

16 – La traite atlantique vers la Guyane 1664-1829

page-0 Il s’agit d’ une esquisse de l’histoire de la Traite vers la Guyane présentée lors du colloque « Guyane Histoire et Mémoire : la Guyane française au temps de l’esclavage : discours, pratiques et représentations« , Cayenne, novembre 2010. Une première partie porte sur l’analyse du journal de bord d’une escadre qui entre 1695 et 1697 déporte plus de 150 esclaves vers la Guyane. A cette époque, la France essaie de s’affirmer en tant que puissance coloniale. Outre les données maritimes, ce manuscrit précise les luttes d’influences locales et les rencontres humaines lors du voyage, donnant ainsi un aperçu des différents enjeux de l’expédition.

http://www.manioc.org/recherch/T12001

15 – « Cayenne représentée exactement dans toutes ses rivières, criques et habitations et ses dehors »

habitations 1717-page0001

Réalisée en 1717 par Pierre Aimé Lombard.

Ce père jésuite est à l’origine de la mission de Kourou qu’il a fondée vers 1713, mission où sont regroupés plusieurs centaines d’Amérindiens (437 selon les autorités coloniales en 1737).

Les jésuites connaissent le territoire colonisé, ils sont au fait de chaque habitation qui se crée. En charge des cures (Cayenne, Rémire, Roura), ils remontent les cours d’eau et jouent un rôle prépondérant dans la société coloniale, entrant parfois en conflit tant avec les administrateurs qu’avec certains habitants.

ANOM – Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

13 –  » Plan de la ville et du fort Saint-Michel de Cayenne dans l’état où je l’ay trouvé au mois de janvier 1733 « 

Ce plan, remarquable dans ses détails, a été réalisé par François Fresneau, ingénieur du roi en Guyane de 1732 à 1748. Le bourg de Cayenne est alors bien modeste. Il s’organise autour des bâtiments officiels (éléments de fortifications, église Saint-Sauveur, hôpital, palais du gouverneur, magasin du roi, fort Cépérou etc…) le long de quatre rues. Les précisions apportées témoignent d’une installation encore précaire, alors même que le territoire est français depuis près d’un demi siècle.

Cayenne 1733-page0001« 1. Vieille citerne. 2. Terres qui ont été enlevées par les habitans pour faire du torchis ou placage. 3. Aqueduc. 4. Brèches que les bestiaux et les Nègres ont faites. 5. Espèce de petite redoute. 6. Fossé qu’on a fait pour faire entrer l’eau de la mer dans les fossés ne pouvant le faire ailleurs à cause des rochers. 7. Fossé rempli de ? la majeure partie de l’année. 8. Fossé sec. 9. Carrière de pierre »

Plan réalisé par François Fresneau de La Gataudière, ingénieur du roi.

ANOM, Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

12 – « Plan du fort de Cayenne », janvier 1677

1677-page00011676 signe l’acte de naissance de cette terre du plateau des Guyanes comme possession française. En décembre de cette année-là, l’amiral d’Estrées après plusieurs décennies de colonisation incertaine, reprend définitivement Cayenne aux Hollandais.

Cette jolie carte aquarellée anonyme réalisée quelques semaines plus tard se veut un manifeste politique revendiquant Cayenne comme possession française. De ce combat, deux récits très différents témoignent par ailleurs : l’un, rédigé par le père Labat, parle d’un combat héroïque auquel participèrent plusieurs centaines de soldats,  de nombreux prisonniers et tués… L’autre, relaté par le médecin du roi Artur qui séjourna dans la colonie au milieu du XVIIIe siècle, s’appuie sur les dires des habitants « Les français entrèrent dans le bourg sans trouver aucune résistance… tout se passa à peu près sans effusion de sang« .

Représentation du fort, de l’église, des maisons dans l’enceinte fortifiée. Indication des attaques portées par les Français.

 ANOM, Dépôt des Fortifications des Colonies / Guyane

11 – Jean Gonneau, dit Saint-Amand, sergent, aubergiste, habitant… un itinéraire métissé

Jean Gonneau, dit Saint-Amand, arrive dans la colonie à l’extrême fin du XVIIe, comme soldat de la garnison. Son temps terminé, il s’installe dans le bourg comme aubergiste. Il est propriétaire de sa maison et gère son affaire avec l’aide d’un esclave. En 1697, il épouse une toute jeune fille âgée de 15 ans, Marguerite Laventure, « Négresse libre ». De cette union vont naître onze enfants en près d’un quart de siècle.

En 1717, il est réputé propriétaire d’une habitation sise à Montsinéry sur laquelle il produit du rocou et des vivres avec six esclaves. Les actes de baptêmes traduisent la volonté de Jean Gonneau de s’inscrire et d’inscrire sa descendance comme partie prenante de la société coloniale de son temps. Pour sa nombreuse progéniture, il choisit avec soin le parrainage le plus favorable : officiers de garnisons, habitants aisés, personnel colonial (chirurgien, juge, procureur). Et ce n’est que pour les plus jeunes qu’il semble avoir renoncé : le parrainage de sa dernière fille née en 1723 est assuré par deux de ses aînés Jean et Anne Gonneau.

Ces actes révèlent également comment le scripteur, et la société coloniale à laquelle il appartient, prend en compte ou non  la spécificité de cette famille métisse : selon les actes, la femme de Jean Gonneau est qualifiée de « Marguerite, Négresse » ; « Marguerite, Négresse libre, sa femme » ; « Marguerite, créole ». Plus on s’éloigne du mariage de 1697, plus l’origine de Marguerite est occultée au point que, dans le recensement de 1737, Marguerite est qualifiée de Blanche.

Gonneau-1ère-génération-page-1

10 – « J’ai reçu le consentement mutuel de mariage entre Nicolas Champion, dit Bourguignon, et Marie-Rose, Indienne… »

Au mois de mai1681, un navire transportant des « filles à marier » entre dans le port de Cayenne. Dans les jours qui suivent, le père Brane, jésuite en charge de la paroisse, célèbre les mariages dont il est ensuite le scripteur dans le registre paroissial : ce sont les premiers actes d’état civil documentés pour la colonie.

Celle-ci est alors française depuis peu (1676).

Pour ses administrateurs, son développement démographique est une nécessité incontournable, préalable nécessaire à sa mise en valeur. Il s’agit de favoriser mariages et naissances en demandant au ministre l’envoi de filles de l’hexagone, afin d’éviter, de limiter le concubinage avec des femmes amérindiennes et/ou esclaves originaires d’Afrique. Il y a là l’idée de reproduire une société à l’identique de celle laissée sur le vieux continent ; mais la dynamique d’un monde en gestation va de fait donner naissance à une société nouvelle, plurielle, métisse, avec un métissage factuel tout autant que légal, géographique tout autant que culturel, comme en témoigne l’analyse des actes disponibles, soit un corpus de près de 800 actes de mariage « des blancs et autres personnes libres faits dans la paroisse de St Sauveur de Cayenne« , pour la première période de colonisation française,  avant l’arrivée massive des colons de l’expédition de Kourou (1763). L’installation progressive de colons sur le territoire induit une prise en main administrative par le pouvoir colonial qui se traduit par la création de nouvelles paroisses dans l’île de Cayenne et au-delà : Rémire (1685), Roura (1725), Kourou (1731), Oyapock (1738) et Sinnamary (1747).

Acte mariage métisse 1685

9 – L’habitation Saint-Pierre, une sucrerie à l’abandon ?

« Et nous ayant enquis dudit Nègre Simon s’il y avait des abbatis sur laditte habitation plantée en manioc, canne à sucre ou autres pour faire marchandises ordinaires du pays, il nous a répondu qu’il y avait longtemps que ladite habitation était abandonnée et qu’il n’y avait aucun abbatis non pas mêmes abattis de Nègres excepté un petit abattis à lui dans lequel il prend ses vivres ne lui en étant fournis de personne et c’est ce que nous avions examiné moi, ledit sieur Fabre et témoins en nous promenant sur les cinq heures du soir dans la savane n’ayant aperçu aucune apparence d’abbatis ».

Les bâtiments agricoles nécessaires à l’exploitation de la canne à sucre : le moulin, la sucrerie, la purgerie, la vinaigrerie. Le moulin à sucre d’une hauteur de 7 mètres se situe à proximité (dix pas) de la maison du maitre et attenant aux autres bâtiments. Couvert en bardeaux et fourches en terre, il est garni de ses trois rouleaux, bras, fontes, crapaudins et charpente. Il s’agit probablement d’un moulin à traction animale.

Dans la sucrerie, appelée aussi chaufferie, est un bâtiment de 100 m2. Jean Pinté dénombre 5 grandes jarres de Provence, 4 chaudières de cuivre et 2 de fer, un bec de corbin de cuivre et 2 cuillères à sucre. Les marmites de taille différente sont chauffés à des températures de plus en plus élevées jusqu’à l’obtention de sucre

La purgerie occupe un espace d’environ 18 m2 : c’est là que le sucre est séparé de la mélasse : versé dans des formes coniques en terre (J. Pinté en compte une quinzaine), il cristallise au bout de quelques heures. Les 3 caisses à sucre mentionnées dans la saisie ont dû servir à stocker le sucre en fin de transformations. La présence de 4 roues à cabrouet « avec leurs bandes de fer » atteste du moyen de transport le plus utilisé pour amener la canne à sucre au mouin.

Dans la chaudière à eau de vie recensée dans la vinaigrerie  est distillé l’alcool de canne (tafia, rhum?) obtenu par la fermentation des déchets sucrés provenant de la fabrication du sucre. Selon l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, la « chaudière dont on se sert pour cette distillation, est un vaisseau de cuivre en rond, de la hauteur de deux piés & demi, & de deux piés de diametre ou environ, dont le haut se replie sur le dedans en talus montant... », laquelle est ici couverte d’un chapeau de cuivre. L’alcool est stocké dans des cuves et dans des jarres dites de Provence dont l’huissier prend acte.

L’investissement pour la création et le fonctionnement d’une sucrerie est donc considérable ; sa rentabilité liée aux aléas d’une production suffisante, d’une main d’œuvre abondante, et de la présence de navires régulières reste l’apanage des habitations les plus riches. Elles sont peu nombreuses dans la Guyane de cette première moitié du XVIIIe : 13 sont dénombrées en 1737.

L’habitation Saint-Pierre est une sucrerie de moyenne importance en 1737 : 300 quintaux de sucre blanc déclarés, pour lesquels ont travaillé 38 esclaves. Les 12 000 pieds de cacao plantés en 1736 sur l’habitation, culture que l’on retrouve sur les deux tiers des exploitations, reflète la diversité des cultures coloniales de ces années 1730. Elle a remplacé l’indigo et paraît prometteuse aux habitants car peu exigeante en investissements et en main d’oeuvre.

8 – L’habitation Beauséjour, sise sur la « Crique à Gras » (P. Gras, 5)

Ce n’est pas sans mal que Jean Pinté, huissier de justice, et sa petite troupe composée de soldats, d’esclaves et d’un habitant, le sieur Fabre, parviennent à l’habitation Beauséjour, une des trois habitations de Pierre Gras, située à quelques lieues de Cayenne. Partis à « deux heures de relevée dans un canot appartenant audit sieur Fabre avec 4 Nègres que nous a fournis Monsieur Delisle Adam pour nous transporter en l’habitation de Monsieur Pierre Gras, […] où nous sommes arrivés ce jourd’huy […] ayant couché ou séjourné dans une case de paille d’une autre habitation où il n’y avait personne, nous étant trompés de crique « …, ils ne sont à pied d’oeuvre que le lendemain dans la matinée. Jean Pinté procède à la saisie détaillée des biens composant l’habitation. L’ensemble des bâtiments, leur importance, leur architecture est précisée : maison de maître, dépendances, bâtiment d’exploitation.

Le plan est celui déjà observé sur d’autres habitations contemporaines, telles l’habitation jésuite de Loyola, ou encore celle du sieur Macayé dans les fonds de Rémire.

La maison de maître,  orientée est/ouest, comprend plusieurs pièces en enfilade, dont le « couloir » central, salle de réception pour le propriétaire des lieux, donnant à la fois sur les jardins à l’est, et sur la cour et les communs à l’ouest : espace de réception, mais aussi de surveillance et de contrôle pour le propriétaire des lieux. De part et d’autre, des chambres et un office. Une galerie enclot cet espace. Comme le précise, 20 ans plus tard, le chevalier de Préfontaine “ Toutes les maisons sont à peu près sur le même plan […]. En voici les proportions les plus ordinaires. Ce sont trois chambres de plain-pied : celle du milieu a 16 ou 18 pieds de long ; les deux des côtés ont 16 pieds, le tout offrant une surface de 48 à 50 pieds, non compris les galeries autour du bâtiment, qui sont à jour et qui doivent être au moins de 6 à 7 pieds de large ”. Cette disposition est celle, originelle, des manoirs du pays de Caux en Normandie, pour beaucoup construits également aux XVIe et XVIIe siècles, parfois remaniés au XVIII. Sans doute peut-on y voir l’influence de l’architecture de prestige de leur région d’origine sur les premiers colons, originaires des régions littorales de l’hexagone et particulièrement de la Normandie

Habitation Beauséjour

Habitation Beauséjour

Au-dessus de la chambre du maître, un galetas. D’où une hauteur plus élevée : 20 pieds de flèche, les dépendances s’élevant à 17 pieds.

Côté cour,  cuisine, magasins et chambres d’esclaves domestiques forment les dépendances de l’habitation.

Comme bâtiments d’exploitation, ne sont mentionnés qu’un poulailler et un colombier. Les terres de la concession sont utilisées pour l’élevage de bovins (ménagerie) et la culture du cacao qui demande peu de matériaux et d’outils.

Le recensement de 1737 crédite cette habitation de production de cacao et de café et d’une ménagerie d’une soixantaine de têtes de bétail. L’exploitation est assurée par 69 esclaves. Chiffres que l’on ne retrouve guère dans la minute de saisie : le cheptel est réduit des trois quarts, les esclaves ont disparu, les quelques 1200 pieds de cacao sont ce qu’il reste des quelques 30 000 pieds de 1737.

Si la crise du cacao autour de 1740 explique cette quasi disparition de la production, celle du cheptel comme celle des esclaves relève d’un principe de précaution de Pierre Gras : il a mis à l’abri ce qui constitue l’essentiel de sa richesse, le bétail, et surtout les esclaves, leur laissant toute latitude de disparaître dans les « grands bois ». Ce que relève Jean Pinté : « ayant plusieurs fois sommé et interpelé mondit sieur Gras en parlant à Lisette sa négresse ménagère de nous faire venir les nègres de l’habitation et négresses, négrillons et négrites et généralement tous les esclaves de ladite habitation, comme nous le sommons encore […] tout présentement parlant à cette ditte négresse de nous représenter incessamment lesdits esclaves  […] et n’ayant pu procéder à la saisie desdits esclaves ni prendre leurs noms et nombre d’iceux attendu qu’aucun d’iceux n’ont voulu paraître. Au contraire le nègre nommé Delinat, commandeur sur laditte habitation, ayant dit au nommé Maéton, nègre de notre équipage que leur maitre leur avait défendu de paraître qu’il ne fut de retour, et, de plus, le nègre nommé Antoine, frère dudit, aussi de notre équipage, nous a rapporté que lesdits nègres de mondit sieur Gras avaient charrié et emporté leurs bagages hors de leurs cases la nuit dernière, ce qui ne peut être présumé qu’à dessin de marronnage »

Bibliographie

– Y. Leroux, R. Auger, N. Cazelles, Les jésuites et l’esclavage : Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française, Presses de l’Université du Québec, 2009.

– Christophe Charlery, « Maisons de maître et habitations coloniales dans les anciens territoires français de l’Amérique tropicale », In Situ [En ligne], 5 | 2004. http://insitu.revues.org/2362

7 – Un navire négrier appelé « l’Expédition » (Des Marchais, 2)

Le 6 août 1724, le navire négrier nommé « l’ Expédition », armé par la Compagnie des Indes, quitte Le Havre. Maître à bord, Thibaut des Marchais. Ce capitaine expérimenté, polyglotte, et dessinateur à ses heures, est alors âgé de 50 ans ; sa solde s’élève à 150 livres par mois. A ses côtés, 32 membres d’équipage : 6 officiers, 8 officiers mariniers, 3 officiers non mariniers (boulanger, tonnelier, cuisinier), 13 matelots dont 6 désertent pendant le voyage, et 3 mousses dont le plus jeune n’a que 12 ans.

Après une escale à Lorient, siège de la Compagnie des Indes, cap au sud : la côte africaine est atteinte en octobre.  Six mois et trois escales (Gorée, Mezurade et Ouidah (Juda) sont nécessaire pour acquérir non sans mal 138 esclaves.

La traversée de l’océan, commencée en mai 1725, dure près de 4 mois. La traversée est longue et la déportation particulièrement dramatique : plus de la moitié (52 %) des esclaves décède pendant la traversée, faut d’une alimentation suffisante. « La mauvaise nourriture y contribua beaucoup« , raconte le père Labat. « On leur donne deux fois par jour une petite écuellée de ces fèves avec deux tasses d’eau ». La maladie s’en mêle : « Le scorbut est parmi mes Noirs, et point parmi mon équipage, Dieu soit béni !« , se félicite Des Marchais le 2 août…

En août 1725, il entre dans le port de Cayenne, trouve des acheteur pour les esclaves survivants,  mais doit se résigner à rester plusieurs mois dans la colonie en attente d’être payé sur les récoltes à venir. La colonie est démographiquement restreinte et deux navires « interlopes » viennent juste de vendre leur cargaison : les habitants n’ont plus les moyens d’acheter d’autre esclaves.

Par ailleurs, le navire a besoin d’être remis en état et il est nécessaire avant de prendre la route du retour d’en mener à bien le carénage. La saison des pluies retarde également le voyage du retour. Ce n’est qu’en avril 1726 qu’il sort du port de Cayenne : il atteint la France le 16 juin de la même année.